Royaumes des Supplices Index du Forum
 
 
 
Royaumes des Supplices Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Dans l'attente d'un avenir meilleur

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lanfeust Taillefer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 11 Déc - 10:23 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Après avoir rédigé nombre de parchemins, le jeune chevalier avait rejoint l'arène de la capitale où se rencontraient les soldats émérites et les chevaliers en quête de gloire. Sans doute faisait il parti des uns et des autres, même s'il recherchait plus que de la gloire, espérant un avenir et donner un sens à sa vie récemment perturbée dans son cheminement paisible.

Son épée à la ceinture, c'est à pied qu'il arriva devant les hauts murs de l'enceinte de combats, ayant abandonné son destrier dans sa précédente fuite. Deux gardes attendaient à l'une des entrées, s'assurant qu'aucun gueux ne venait souiller le lieu de leur présence. Même s'il n'était pas de la plus fraiche présentation, ayant erré durant de longs jours dans la lande, il possédait les signes distinctifs de tout chevalier se respectant : cotte de mailles, épée et étoffes nobles, ce, grâce à la tendre Margot, lui ayant apporté ses effets dans un dernier adieu. Ce fut son passe droit et les lances s'abaissèrent pour le laisser entrer.

Il rejoignit le cercle des combattants à l'épée où déjà malgré l'heure matinale, certains se défiaient ou s'entrainaient dans des claquements de métal. Non loin, la longue allée de sable qui accueillait les joutes restaient désertes ainsi que les estrades du public. Aucun blason ni étendard n'était levé sur les pans de bois, signe qu'aucun concours officiel n'était annoncé. Sans doute les seuls combattants étaient des hommes venus régler querelle de manière courtoise.

Des mannequins de paille avaient été installés le long des rambardes pour les solitaires comme lui. Malgré la jeunesse du jour, le soleil était déjà cuisant et la chaleur se reflétait sur le sable poussiéreux. Il déposa sur la clôture de bois qui ceignait l'enceinte, sa besace contenant ses maigres effets, sa cotte de maille et sa tunique, se retrouvant torse nu. Puis il sortit la lame de son fourreau. Se positionnant en garde devant le mannequin, il pointa la lame de son épée face à cet ennemi inoffensif.

Avant de lancer l'assaut, les paroles de son instructeur d'armes lui revinrent en mémoire : "Lanfeust, la guerre n'est pas un ensemble de combattants se jetant en mêlées furieuses, s'étripant sauvagement les uns les autres comme des brutes violentes ! C'est un savoir et ensemble de techniques dont la tradition est ancestrale. La rigueur de la voie martiale est une vraie discipline ! N'oublie pas, lorsqu'il s'agit de se défendre contre un adversaire et de le vaincre, lorsqu'il faut sauver sa propre vie, le hasard n'a pas sa place."

L'épée qu'il possédait était une arme à deux mains, lourde et solide. Il savait comment la tenir pour en obtenir le meilleur effet, les conseils revenant dans son esprit comme si son suzerain les lui soufflait encore : "Pour obtenir une plus grande précision, il ne faut pas tenir son épée comme un simple marteau, mais passer l'index au delà de la garde et le replier."

Ses doigts se positionnent, resserrant lentement les phalanges autour de la garde, assurant la prise. D'abord la posture médiane, dite de "Kron", ses pieds se reculent, se plaçant à quarante cinq degrés l'un de l'autre, l'épée se lève à mi hauteur puis se lève, décrivant un arc de cercle dans les airs avant de s'abattre par le coté sur le mannequin. Elle poursuit son mouvement en se plaçant aussitôt en garde inversé protégeant tout son flanc et sa tête, tandis que son pied d'appui recule. Il lance un estoc en s'arquant en avant et plante la pointe de sa lame dans le ventre du pantin de paille.

Ainsi, répétant les gestes maintes et maintes fois travaillés au cours de ses années d'étude, le jeune chevalier s'entraina, suant sous la chaleur du soleil, seul, concentré, oubliant tant qu'il le pouvait ses malheurs précédents. Son corps à demi nu perlait de transpiration sous l'effort et la température du jour avançant, mais il n'en avait cure, œuvrant à répéter encore et encore ses gestes qui étaient devenus au fil du temps de vrais automatismes. Même si la soif et la faim résonnaient en lui comme de sourdes imprécations, il s'efforçait de les ignorer, son savoir et sa lame étant devenus ses seuls espoirs de survie, c'est à eux qu'il devait donner toute son énergie... en attendant cette âme plus noble que lui qui viendrait le tirer de la fange.
Revenir en haut
Flavien Isidor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 11 Déc - 18:31 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

L'arène... Un endroit que Flavien n'appréciait pas tellement. La violence n'était pas son cru, en tout cas, pas la violence aussi... Idiote. Flavien n'était pas forcément un faible bonhomme préférant les éphèbes aux guerriers cuissus, mais il n'avait pas particulièrement le goût de la violence mortelle. On ne tire, selon lui, aucun plaisir d'avoir semé des cadavres derrière soi. Mais par contre, Flavien aimait l'ordre. Et l'ordre sans puissance, n'est a son sens, qu'une marionnette sans voix, une carafe vide, une pantalonnade.

L'armée que Flavien entretenait sur ses terres, d'ailleurs, était a cette image. ce n'était pas la plus apte martialement, mais elle compensé par une discipline et un ordre que peu d'armées pouvait se vanter d'avoir. C'était d'ailleurs, de cette manière, que Flavien pouvait défendre son lopin. Une armée de combattants de moyenne classe, mais capable de suivre a la lettre un plan de bataille et d'exploiter au maximum les failles adverses. Son armée était a l'image de l'esprit de leur seigneur. Pas des plus puissantes, certes, mais très ordonné. Flavien employait d'ailleurs bien plus de moyens, a chercher des stratèges de guerre, qu'a renforcer physiquement son armée. Pour le reste, quand il s'agissait de guerre, la technique de Flavien était assez simple, et avec le temps, elle s'est affiné vers la désorganisation des forces ennemis: S'il faut assassiner derrière les lignes de front, Flavien préférait toucher au stratège et aux têtes pensantes.

Stratégie qui avait un coût: La dispersion des forces ennemis sur son sol lui demandait souvent d'obtenir une force armée civile efficace: Mais heureusement, sa petite armée pouvait parfaitement remplir ce rôle, de part cette discipline, justement.

Mais toute stratégie de guerre, ou de contrôle des forces armées, doit s'appuyer sur des éléments visuels: Certes, son stratège personnel en était un: Cet homme avait prouvé son talent a ceux qu'ils commandaient a maintes reprises, mais ça ne suffisait pas !
Flavien avait besoin, sur le champ de bataille, d'un homme inspirant ! Un homme capable de montrer a ses soldats, que la puissance pouvait aussi être de leur côté ! Capable de montrer sa force, et son contrôle !
Bref, Flavien avait besoin d'un modèle pour ses troupes. Lui, ne ferez jamais l'affaire. Trop peu démonstratif, peu musclé, grand, certes, et quand même pas faible, mais pas assez inspirant. Et puis, si le seigneur qu'ils défendaient se mettait sur le champ de bataille, les hommes seraient décontenancés. Non, il devait cultiver cette petite image de Haut Seigneur.

Et Flavien avait aussi vu cette affiche, dans les rues de la Capitale, d'un jeune chevalier cherchant Seigneur.
C'était peut être un bon candidat. Un homme visiblement assez intelligent pour avoir ce genre de démarche, pouvait ne pas être un boeuf imbécile tapant ce qu'on lui dit de taper. Et Flavien n'avait pas encore de chevalier, en y réfléchissant bien. Un homme de confiance, un homme bien, capable de le seconder, ça ne serait pas du luxe, au moins, militairement.

Aussi, Flavien se posa dans l'arène, et après avoir cherché du regard, il trouva facilement l'homme que l'on lui avait décrit comme étant Lanfeust. Car oui, il s'était renseigné sur l'apparence du dit homme, pour pouvoir le juger.
Aussi, s'asseyant, encadré de quelques hommes, il commença a regarder fixement l'individu, de ses grands et larges yeux verts, observant ses mouvements, cherchant tout ce qu'il cherchait pour voir s'il correspondait au profil...
Et aussi, se posant une question d'importance.

Si cet homme est chevalier... Pourquoi le seigneur l'ayant adoubé, s'en est il séparé... Un anachronisme certain serait de dire que c'était, le point suspect du CV de l'homme. Un point logique, du point de vue du seigneur, qui n'observait que celui qu'il était venu voir, et uniquement lui, donnant probablement a l'individu ciblé peut être une sensation d'être... observé ?
Revenir en haut
Lanfeust Taillefer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 12 Déc - 12:55 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

Le tourbillon de l'épée entrainait le jeune chevalier dans une danse secrète que seul lui connaissait, qu'il partageait seulement avec cette amie fidèle et incorruptible qu'il tenait au bout de ses doigts. Son unique tresse virevoltait au dessus de ses épaules à chaque mouvement, ayant à peine le temps de se poser avec douceur sur ses épaules nues qu'elle s'envolait de nouveau, emportée par le rythme effrénée de ce pas endiablé. Par moment, il fermait les yeux, connaissant chaque geste, chaque avancée, ne les rouvrant que pour débuter son prochain enchainement. Autour de ses pas, le sable s'élevait en une poussière diffuse qui s'enroulait autour de ses chevilles, comme envoûté par la grâce et l'harmonie de la technique.

Un dernier tour sur lui même, yeux clos, la lame fend l'air et s'arrête juste au contact du mannequin de paille. Bras tendus, le buste légèrement penché en avant, le jeune homme ouvre lentement les paupières, inspire calmement et c'est à cet instant qu'il aperçoit presque en face de lui, dans les gradins de bois derrière la clôture, un seigneur - semble t-il à son apparence - assis tranquillement, un coude posé sur un genou, à l'observer en silence. Ses prunelles le détaillent lentement, remontant le long de ses jambes jusqu'à ses cheveux noirs de jais, s'attardant sur les mains à la peau pâle et achevant leur voyage en croisant le regard émeraude de l'inconnu.

Lanfeust se redressa d'un geste souple, rejetant la tête en arrière pour repousser les mèches blondes collées à son front et ramena son épée contre sa jambe gauche. Bien droit, son regard se planta dans celui du seigneur et sans le quitter un instant, sûr de lui, il leva sa lame et lui donna l'impulsion nécessaire pour qu'elle se plante dans le sol près de lui. Il resta un instant à toiser l'homme des yeux, soutenant son regard inquisiteur, puis son visage sembla s'adoucir imperceptiblement.

Son corps se mit en marche, emporté par ses pas et il s'avança droit vers lui, laissant son épée en arrière. D'un air détaché, il lança simplement au noble :

- Le bonjour, messire. Dois je vous considérer comme ami ou ennemi ?

Battant lentement des cils, il demeura planté là, tout comme son épée dans le sable.
Revenir en haut
Flavien Isidor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 12 Déc - 13:57 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

Flavien l'avait fixé tout du long, même lorsque ce dernier avait croisé son regard du sien, et lorsqu'il le regarda lui aussi, Flavien soutint son regard jusqu’à ce qu'il arrive devant lui, pour ainsi dire. Entendant les mots du Chevalier qui lui faisait face, Flavien lui répondit d'une voix posée et calme.

"Voila une manière de voir très manichéenne, et qui nuance très peu"

Flavien se demanda un moment s'il s'était lourdement trompé, et si ce jeune homme était aussi limité que le sont la plupart des chevaliers qu'il avait croisé jusqu’à présent. Il n'espérait pas, mais bon, il verrait bien. Aussi, Flavien continua a parler, se redressant légèrement et amenant son regard un peu plus bas, pour voir le Chevalier qui se tenait dans l'arène.

"Tu est celui qu'on m'a décrit comme étant Lanfeust. Visiblement, tu est un chevalier errant sans seigneur, si j'en crois ce message que j'ai récupéré et qui porte ta signature. Moi, je me nomme Flavien, Seigneur de l'Est, Flavien Isidor. Et moi, je suis a la recherche d'un Chevalier qui ne soit pas un imbécile engorgé de violence et de brutalité sans raison valable... Tu n'a pas l'air d'être un tel Chevalier, enfin, je suis venu ici pour voir cela."

Flavien se leva et descendit jusqu’à arriver aussi prêt du Chevalier que possible, dans les gradins, puis, il se rassit de nouveau, tout en faisant signe a ses hommes de rester en retrait pour le moment, et de ne pas le déranger.

"Par conséquent, nous pourrions peut être avoir affaire ensemble, vous et moi. Enfin, c'est ce qu'il me semble, même si j'avouerais que pour le moment, rien n'est sur. J'ai besoin d'en savoir plus, sur vous, avant de pouvoir vous accorder une confiance suffisante. Bien sur, cela prendra du temps, mais si je souhaite faire de vous l'un de mes Chevaliers, je me devrais de vous connaître un minimum. Surtout que, n'ayant pas de Chevaliers jusqu'à présent, vous en seriez le premier. Comprenez donc, que je me doive de faire attention."

Puis, après un petit temps d'arrêt, tout en plissant les yeux, et en faisant circuler son regard tout autour de l'intérieur de l'arène, englobant le tout de ses yeux et revenant ensuite planter son regard dans celui du Chevalier.

"En tout cas, pour le combat, je doit avouer que vous vous débrouillez bien ! Très bien même !"
Revenir en haut
Lanfeust Taillefer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 13 Déc - 17:18 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

Après la réponse du seigneur, Lanfeust se détendit, laissant échapper un petit rire amusé et passa une main dans ses cheveux pour les repousser vers l'arrière.

- "Engorgé de violence et de brutalité" ? Voilà en effet qui ne me ressemble guère, messire Isidor ! Mais m'imaginez ainsi a quelque chose d'amusant toutefois...

Un sourire en coin, le jeune chevalier releva sur son interlocuteur un regard plein de fraicheur et s'approcha à son tour, s'accoudant à la barrière.

- Je suis bienheureux de savoir que mes messages ne sont pas restés sans écho.
Comme je l'ai écrit, ma lame et mon âme ne sont en effet liés à personne en ce monde et je suis prêt à vous prouver, de la manière qui vous semblera la plus juste, ma loyauté et ma valeur. La loyauté c'est avant tout d'être fidèle à soi même, et sachez, messire, que je ne suis que ce que je suis, sans faux semblant ni artifice. Ma parole donnée est sacrée et je ne la trahis pas.


Avec une expression d'une candeur indéfectible, il continua à l'observer avec calme sans qu'il ne semble cacher quoi que ce soit qu'il ne pensât. Il réajusta son installation sur la clôture et ajouta :

- Ainsi donc, vous voudriez me connaitre ? Vous m'en voyez fort flatté, mais je ne sais si cela sera bien intéressant pour un grand homme tel que vous.

Son demi sourire s'élargit légèrement tandis qu'un de ses sourcils se relevait avant qu'il n'enchaine :

- Recherchez vous vraiment un homme d'armes ou un confident ?

La légère provocation qu'insinuait sa question était lancée sans animosité, bien plus avec la curiosité ingénue d'un jeun homme encore peu au fait des codes de la société.
Revenir en haut
Flavien Isidor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 13 Déc - 19:31 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

Flavien avait l'air plutôt satisfait de la réponse de ce jeune chevalier. Il semblait très bien sur beaucoup de points: Il avait l'air de croire en ce qu'il disait, d'avoir un profond respect des normes sociales, bien que ne semblant pas encore bien les connaitre, il se définissait comme quelqu'un de visiblement honnête, droit, et respectueux, apparemment.
Mais il avait l'air jeune, et pas forcément des plus expérimentés. Qu'a cela ne tienne, il apprendrait avec le temps. Quoi qu'il en soit, Flavien détailla, tandis que l'homme parlait, le chevalier qui lui faisait face du regard, passant ses yeux un peu partout sur l'individu, pour le jauger dans son ensemble. Il avait l'air fort, ça, il l'avait déjà vu. Mais de plus près, il semblait en plus assez mignon.
Sortant de sa petite pensée par la dernière remarque, il arqua un sourcil a celle ci et répondit.


"Voila une remarque qui ne manque pas d'une petite pointe d'insolence... Enfin, je suppose que ce n'est pas forcément faux. Je cherche un Chevalier, mais je cherche surtout un Premier Chevalier... Si tu était ce premier, il faut que je puisse te faire autant confiance qu'a un Confident. Il faut que je puisse autant m'en remettre a toi, pour des choses assez importantes, car tu serais par définition, l'homme le plus important de mes Terres après ma personne... Imagine, si je devais ne plus pouvoir exercer mes prérogatives sur les gens sous ma responsabilité... Tu crois que cette tâche reviendrait a qui ? Tu comprend donc, que je doit me montrer... précautionneux."

Puis, se relevant et se tenant a nouveau droit comme un I, Flavien toisa le jeune Chevalier du regard et lui répondit, avec un sourire léger et un regard inquisiteur.

"Je vais te prendre a mon service, si tu le souhaite... La confiance, cela s'acquiert avec le temps, et c'est la meilleure preuve que l'on puisse faire que de servir fidèlement et loyalement, ce que tu dit prêt a faire. Mais avant, je vais te poser une seule et unique question. Cela sera, en quelque sorte, ma manière de te tester. Je veux une réponse franche, directe, et sans aucun détour ou sous entendu... Tu est Chevalier... Donc, tu a été adoubé par un Seigneur. Pourtant, tu est sans Seigneur a servir, et je sais qu'aucun Seigneur n'est mort récemment, sinon, j'en aurais été informé... Alors, réponds a cette simple question: Pourquoi, n'a tu plus de Seigneur a servir ?"


Flavien savait déjà, avant même de voir ce jeune homme, qu'il poserait rapidement cette question: C'était évident. Et après l'avoir vu, il savait que ce jeune homme a l'allure si pure ne lui mentirait probablement pas. Alors, il avait besoin de savoir, si quelque chose qui pourrait le convaincre de ne pas le prendre a son service était arrivé auparavant... Au pire, bien sur, le Chevalier pouvait mentir, mais si cela arrivait, Flavien serrait un peu rassuré... Cela signifierait que le jeune homme n'était pas aussi vertueux qu'il le prétendait... Et tout le monde doit avoir une part d'ombre en lui.
Revenir en haut
Lanfeust Taillefer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 14 Déc - 13:28 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

En entendant la réponse du seigneur, Lanfeust se redressa de son appui sur la barrière de bois, prenant un air plus solennel. Il comprenait clairement l'offre qui lui était faite et l'enjeu qu'elle représentait pour son avenir.

Premier chevalier. Jamais il n'aurait osé rêver mieux.

Mais était il digne d'un tel honneur ? Se montrerait il capable, malgré sa jeunesse et son inexpérience, de porter le poids d'une telle responsabilité ?
Il contemplait le noble tandis qu'il lui exposait sa proposition, écoutant avec attention. Il avait l'habitude de servir et d'obéir, même lorsqu'il ne comprenait pas les directives ni leurs aboutissants, il l'avait fait toute son enfance après tout. Il saurait suivre aveuglément ce seigneur s'il lui inspirait confiance et respect.

Flavien se remit debout, le toisant de toute sa hauteur et il acheva son explication par une simple question.
Néanmoins, "simple" n'était sans doute pas le qualificatif le plus approprié.

Autant le jeune chevalier s'était senti à l'aise jusqu'ici, autant cette question incisive venait de le faire flancher sur ses appuis, envoyée en plein visage comme une gifle inattendue. Il ne put retenir l’empourprement instantané de ses joues en resongeant aux circonstances qui lui avaient fait quitté le château de son suzerain. La vision de cette scène terrible où tout son monde s'était écroulé tandis que la honte s'abattait sur lui, le noyant sous une déferlante incontrolable, l'obligeant à fuir comme un voleur sans un regard en arrière...

- Evidemment... laissa t-il échapper, sans y réfléchir.

Un soupir déçu s'échappa de ses lèvres et il baissa la tête, ne sachant que dire.

Comment pouvait il décemment narrer ce qui s'était réellement passer sans de nouveau avoir pour seule issue de fuir ? Comment était il possible d'imaginer qu'il racontât à cet inconnu, ce noble lui promettant une si belle existence, la vérité ignoble telle qu'elle était ?
Car il savait qu'il devait avoir honte de ce qu'il avait fait... Pire qu'un parjure, c'était un blasphème qu'il avait commis, une ignominie honteuse et pour laquelle, pourtant, malgré tout, il ne parvenait pas à avoir de réels regrets.
Il pourrait toujours mentir, mais cela allait l'encontre de ce qu'on lui avait inculqué et ce en quoi il croyait profondément. Mais non, décemment, il ne pouvait lui dire. Il n'avait pas souffert pendant ces longs jours, il n'avait pas fui pour devoir se retrouver de nouveau confronté aux raisons de son départ. C'était un cercle vicieux, il tournait en rond...

Soupirant de nouveau, après de longues minutes de silence, le chevalier releva un regard triste et désabusé sur le noble et répondit enfin, d'une voix faible et lointaine :

- Je suis désolé, sire Isidor, de vous avoir fait perdre ainsi votre temps. Sachez seulement que j'ai été contraint de quitter ma précédente maison, malgré que j'y avais tout pour être heureux, mais je ne puis me résoudre à vous en dire les raisons. Elles me sont trop intimes et...

Son visage se tordit un instant de douleur lorsque le souvenir refit surface, mais il fronça les sourcils et poursuivit visiblement avec peine :

- Je n'ai pas trahi mon suzerain, je n'ai commis aucun crime et ma lame n'est souillée d'aucun sang. Mais sans doute ce que j'ai fait est pire... Je...

Il soupira de nouveau, perdant ses mots.

- Pardonnez moi, j'avais sottement cru que je pourrais oublier mon passé. J'ai même cru que ce pourrait être à vos côtés... Excusez moi, je ne vous ferai pas plus perdre votre temps.

Il inclina légèrement la tête, récupéra d'une main ses affaires restées sur la barricade et fit demi tour, retournant d'un pas las vers son épée.
Revenir en haut
Flavien Isidor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 14 Déc - 21:30 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

Flavien écouta avec attention la réponse du Chevalier, et écouta même de la manière la plus perceptive qu'il pouvait faire, tandis qu'il l'observait. Il y a, pour Flavien, une chose sure avec les Chevaliers: Ils ne peuvent être que pétris d'égo ou de bonté. Pour vouloir sortir de sa condition, au point de subir un des entrainements martial les plus pénibles et épuisants, pour acquérir petite noblesse et prestige, au risque d'en mourir sottement sur un champ de bataille, les Chevaliers ne pouvaient être trempés que dans ces deux eaux là. Et de ce que Flavien pouvait facilement observer, lui qui pêchait plus par égo et qui savait reconnaître ceux de sa trempe, Lanfeust n'était pas de ceux là. Par conséquent, c'était de droiture et de respect qu'il était trempé, et donc, Flavien se doutait bien qu'il ne pouvait y avoir ni mensonge, ni plan imbécile de fait dans l'esprit du jeune homme.

Par conséquent, Flavien se doutait bien que si le jeune homme lui disait n'avoir commis aucun crime, il disait vrai, probablement... Et la teinte empourpré que pris le jeune homme a l’occasion de cette question balaya les quelques doutes qu'il avait encore. Il s'agissait visiblement plus de honte que de sang. C'est le problème avec les gens comme ce jeune blond: Trop de cœur, pas assez de cerveau. Alors, par simple déduction, il ne restait pas grand chose comme honte possible pour le jeune homme, qui puisse le pousser a quitter ainsi son Suzerain. Une femme... C'était toujours une femme... Ou peut être, un homme... C'était trop peu probable pour que Flavien retienne cette hypothèse, même si celle ci demanderait a être vérifier, car le jeune homme était des plus mignon a son goût. Aussi, lorsqu'il se retourna et parti, Flavien lui répondit, du ton le plus fort et autoritaire, pour être sur d'être entendu.


"C'est bon ! Je fait de vous mon Chevalier, si vous le souhaitez."


Puis, étant sur d'avoir capté son attention.

"Votre réponse me convient. Vous n'êtes pas un menteur, je le sais, car un menteur sais en reconnaître un autre. Et je me doute fort, a votre réaction, que ce qui vous a poussé a quitter votre ancienne cour, soit plus une histoire de cœur qu'une histoire de crime..."

Puis, parlant sur un ton ou seul eux pouvaient s'entendre.

"Si je devais parier, mais je ne parie jamais, je dirais qu'il doit s'agir probablement d'une histoire de fesses... On ne se fait pas bannir a moins que cela, avec votre rang... Une fille de Seigneur, ou une femme, peut être... Voila mon hypothèse. Dans la mesure ou vous êtes très bien fait, jeune homme, je me dit que c'est plus que probable. Pas besoin de confirmer ou d'infirmer, je m'en moque. Je n'ai ni l'une, ni l'autre. Mais je suis sur que pour vous, il s'agissait d'une histoire d'amour pure et sincère, vous semblez fait de ce bois.

Bref, pour faire simple, votre réponse me convient. Elle me plait, même. Vous avez retenu ce que je vous ai exposé. La confiance est une question de temps. Vous avez trouvé ma question légitime, et elle l'est, mais vous n'avez pas souhaité répondre... C'est pas mal... L'obéissance est une bonne chose, mais un toutou servil ne me servirait pas autant qu'un homme qui pense.  Et n'ayez pas trop peur, si vous vous sentez trop jeune pour la charge que je vous propose. Car si vous me regardez, vous verrez que je suis jeune, aussi. Et j'ai besoin de m'entourer de jeunes, également. Des gens capables d'apporter du changement dans les terres de feu mon Père, voila une bonne chose.

Pour conclure, je vous ai tout dit. Cela n'attends plus qu'un Oui de votre part. Et comme vous voyez, je n'évoque pas d'autre réponse, car j'avouerais, je me sentirais offensé d'en avoir une autre."
Revenir en haut
Lanfeust Taillefer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 30 Déc - 07:45 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

Déjà, Lanfeust était ailleurs. Quoi que le seigneur puisse ajouter ensuite, mépris, colère ou désintérêt, le jeune chevalier ne voulait pas l'entendre. Ce n'était qu'un espoir mort avant d'avoir été, sans doute y en aurait il d'autres, il devait simplement continuer sa route.

Il ne lui restait plus qu'un pas à franchir pour rejoindre son épée, docile et fidèle compagne, quand la voix du noble s'éleva dans son dos, forte et sévère, suffisamment pour que Lanfeust y prête l'oreille.

"C'est bon ! Je fait de vous mon Chevalier, si vous le souhaitez."

"Quoi ?"

Le chevalier se figea, son pied droit à demi posé sur le sable, l'élan de sa marche lui faisant légèrement courber l'échine avant d'amorcer le pas suivant qui ne se décida pas à venir.

"Qu'avait il dit ?"

Immobilisé comme s'il venait d'être pétrifié par un sortilège, il demeura ainsi quelques secondes, quelques longues secondes pendant lesquelles le noble ajouta une longue tirade. Incrédule, Lanfeust n'entendit pas tout de la suite, ravi et n'osant y prêter foi, la première phrase résonnant en écho dans son esprit tel une mélopée ensorcelante.

"(...) je suis sur que pour vous, il s'agissait d'une histoire d'amour pure et sincère, vous semblez fait de ce bois..." entendit il parmi le flot de mots.

Il sourit à cette affirmation.
Il ne savait pas vraiment de quel "bois" il était fait, mais sans doute le noble avait il vu juste. Il aimait à se reconnaitre dans cette tendre injonction.

Il laissa l'homme finir, laissa s'écouler quelques secondes supplémentaires avant de réagir puis finalement continua sa route et franchit le dernier mètre qui le séparait de son arme. Il s'en saisit, enroulant ses doigts autour de la garde et d'un geste sûr, l'extirpa du sol. Calmement, il la tapota contre son talon pour en faire choir le sable.

Enfin, il se retourna, levant de nouveaux ses yeux clairs sur le seigneur et esquissant un léger sourire, il posa le tranchant de son épée dans sa paume et tendit les bras vers Flavien.

"Considérez donc que cette épée est vôtre. Elle vous suivra fidèlement où que vous alliez. Voyez ce corps, il est vôtre, il servira de rempart à ceux qui chercheraient à vous nuire."

Il inspira doucement et acheva :

"Considérez cet esprit comme un écho au vôtre, il sera le garde fou de vos incertitudes et le refuge où vous pourrez y reposer votre âme lorsqu'elle sera usée du monde."

Son sourire se fit plus facétieux et il ajouta d'un ton moins solennel :

"Peut être un jour, parierons nous ensemble, sire... Je suis chaque jour surpris de l'avenir."
Revenir en haut
Flavien Isidor
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 30 Déc - 16:22 (2012)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant


Flavien était content. Un sourire léger esquissa son visage. Il se demandait s'il ne venait pas de faire comme un gosse de 15 ans, qui obéit a ses caprices. Peut être, mais il voulait un Chevalier, et celui ci lui allait. Il était assez... manipulable, finalement. Enfin, dans un certain sens. Ce n'était pas le plus important, certes, le plus important étant que le Chevalier serait maintenant a son service, mais Flavien était content, et cela, c'était bien.

Aussi, une fois le discours de son Chevalier terminé, discours auquel Flavien eut une certaine pensée perverse lorsque Lanfeust lui dit que son corps était sien, Flavien acquiesça de la tête et fît signe a ses hommes de se rapprocher. Il s'entretint a mi-mots avec eux et se tourna ensuite vers Lanfeust, l'air ravi.


"Je suis enchanté de pouvoir faire de vous mon premier Chevalier. Et je vous remercie de me faire l'honneur d'être désormais lié a moi de cette façon, Lanfeust. Je vous laisse quelques jours pour terminer de préparer vos affaires pour venir sur mes terres. Je prendrais des dispositions pour que vous puissiez y aller et voyager jusqu’à mon château. Moi, je me doit de rentrer chez moi urgemment. Néanmoins, je vous exprime a nouveau mon plaisir que de vous voir accepter. Nous voila désormais liés l'un a l'autre d'une très forte manière."

A ces mots, Flavien remonta quelques peu dans les gradins, en faisant un signe d'au revoir a Lanfeust, qui n'aurait aucun mal a trouver un des hommes de Flavien qui restait encore dans la Capitale pour trois jours avant de rentrer, et a qui il pourrait aisément demander de quoi voyager jusqu'au terres de son nouveau Seigneur. De toute façon, ces hommes étaient désormais sous le commandement de Lanfeust. Et ce dernier le comprendrait vite, vu qu'ils resteraient a l'arène et suivraient ensuite leur Commandant en attente d'ordres. Flavien disparu ensuite assez rapidement. Pas qu'il n'aime pas les arènes, mais ce n'est pas son terrain de jeu préféré, c'est sur.


(HRP:Fin il me semble. On peut passer a la suite sur la Seigneurie Isidor sauf si tu souhaite continuer ici. Et désolé pour la réponse un petit peu courte :/)
Revenir en haut
Lanfeust Taillefer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 2 Jan - 07:12 (2013)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur Répondre en citant

Suite du rp dans les terres du seigneur Flavien Isidor
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:55 (2018)    Sujet du message: Dans l'attente d'un avenir meilleur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com