Royaumes des Supplices Index du Forum
 
 
 
Royaumes des Supplices Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Un étranger dans la seigneurie.

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Vaellar dit Lahire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 29 Juil - 14:11 (2013)    Sujet du message: Un étranger dans la seigneurie. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Ah, les tavernes … Quand tu laisses traîner la bonne oreille, tu peux y récolter l’information que tu cherches. Ca fait des jours et des jours que je cavale partout dans le Sud pour rien. Les seigneuries sont légions ici mais c’est décidément trop tranquille. Que faire alors ? Aller à l’Est ? A l’Ouest ? Je ne retournerai pas dans le Nord. Pas de sitôt en tout cas. Le temps de laisser s’effacer ces souvenirs. Pour le moment, j’tente de noyer ce qui me reste de chagrin dans une bière dégueulasse d’un rade pouilleux. Il tranche avec les paysages bucoliques et champêtres du pays. C’est vraiment le dernier des coupe-gorges où tu as envie de traîner. Mais c’est l’endroit rêvé pour récolter des informations substantielles. On y annonce les dessous du pouvoir, on balance les intrigues et les ragots les plus sordides en s’humectant le gosier d’une bière trop fermentée.

Et là, qu’entends-je de la part de ces deux soudards houblonnés ? Des propos peu avenants sur une seigneurie qui tournerait vinaigre. Je m’attends à entendre parler de mon frère. Que nenni non point, les voici qui déblatèrent en termes fort peu obligeants sur une terre située à près d’une semaine de marche. Une seigneurie jadis prospère mais dont la réputation commence à décliner paraît-il. La châtellenie souffre d’avoir son seigneur parti depuis des mois dans un voyage obscur, laissant sa veuve gérer ses possessions. Et comme toute seigneurie où le suzerain est absent, tout à tendance à foutre le camp. Paye ton verre, étranger, et tire-toi. J’pense que ça sera un bon début pour y poser mes chausses. J’sens comme un espèce d’appel d’air. J’sais pas comment est la châtelaine, mais j’imagine qu’il faut un brin de courage pour tenir une seigneurie pendant des mois quand Môssieur est parti à tire d’aile jouer les joli-cœurs. Ca doit valoir le coup de faire sa connaissance et de lui proposer mes services. C’est pas que j’vais sauver une demoiselle en détresse, c’est que quand y a des difficultés de ce genre, y a de l’or à se faire et du butin à gagner. Et je pense y gagner ma part.

J’lâche deux pièces usées sur le zinc et j’m’arrache de ce taudis. Dehors, il bruine légèrement. J’récupère mon cheval et j’pars à bride abattue. Trouver la seigneurie a pas été trop difficile. Très vite, j’obtins un nom : d’Harcourt. Le château était, dit-on, de fort belle facture. Imprenable pour qui n’aurait pas une armée de siège, de puissantes machines et le temps avec lui pour affamer les défenseurs. Effectivement, la vision que j’avais de ces hauts murs ne démentait en rien les dires de ces paysans. Murs crénelés, mâchicoulis, échauguettes, barbacanes, haut et fort donjon, larges et profondes douves, toute la panoplie était présente. Au faîte d’un éperon rocheux, il domine de toute sa masse la région qui s’étend paresseusement sous son égide. A les voir travailler tranquillement, on voit que l’absence du maître des lieux laisse respirer les gens du cru.

J’arrive à la Barbacane et c’est le moment de me faire annoncer. Eperons, épée me garantissent le statut de chevalier aux yeux du croquant. A voir ses billes écarquillées, il est pas habitué à voir des gens de guerre.

« Salut à toi. Peux-tu annoncer à la suzeraine du lieu l’arrivée du chevalier Vaellar Lahire. J’aimerais lui présenter mes hommages et requérir l’hospitalité pour cette nuit. »
Revenir en haut
Malorsie d'Harcourt
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 2 Aoû - 13:36 (2013)    Sujet du message: Un étranger dans la seigneurie. Répondre en citant

    "Alors, pour le banquet ma dame, souhaitez-vous garder la première idée ? C’est que celui-ci a lieu bientôt ma dame…"

    "Je n’ai pas envie de parler de cela maintenant Aneglie. Où est Clervie ?"

    "Elle est aux cuisines Gente Dame. Elle nous rejoint très vite."

    Déambulant dans les couloirs étroits de ma forteresse, je tâche de rejoindre au plus vite la salle principale, celle où je reçois les visiteurs, les délégations, où je tiens audience également, mais aussi là où se tiennent les banquets, lors des fêtes organisées. D’ailleurs, un banquet doit avoir bientôt lieu ici même et cette idée ne m’enchante guère. Je n’aime pas m’occuper de tout ceci, je ne suis pas vraiment faite pour cela je crois. Si j’avais vraiment le choix, une liberté d’action et de mouvement total, je préférerais gérer la seigneurie comme bon me semble, engager des réformes, promulguer de nouvelles lois, penser à une réorganisation en profondeur. Mais hélas, je me dois d’être patiente. Mon époux était absent que depuis peu, il me faut maintenant les apparences, jouer le jeu, le temps pour moi de réfléchir à un plan parfait pour l’évincer totalement de ma vie, de cette seigneurie. La porte s’ouvre à mon arrivée, tandis que l’on m’annonce dans l’immense salle, lieu central de la forteresse. Il en est toujours ainsi, on ne déroge pas au protocole. Je ne suis pas la reine, certes, mais demeure toutefois une noble, une Seigneur. Une fois assise dans le siège de bois, facilement assimilable à un trône, je prends connaissance des visiteurs qui m’attendent, ont demandé une audience. Je reçois ainsi souvent des personnes de passage, d’autres seigneurs en visite, ou de simples marchands. Connue pour être une Seigneur proche de son peuple, je me plais à entretenir un lien avec les petits de gens, malgré mon rang…

    "Salvin approche. Par qui commençons-nous aujourd’hui ?"

    Salvin est un scribe. Il remplit diverses fonctions et se trouve être surtout un érudit, à mon service. Il m’aide beaucoup dans mon quotidien. Un être précieux, il va s’en dire. Consultant son parchemin, respectueusement, il s’approche près de moi, à une distance raisonnable néanmoins, tandis qu’il m’annonce…

    "Un chevalier demande à vous rencontrer ma Dame."

    Ma forteresse n’est pas la plus terrifiante, imposante du royaume, loin de là. Il n’empêche qu’elle demeure, à mon avis, un élément stratégique indéniable, précieux. Ma loyauté envers la reine demeure intacte, elle n’a rien à craindre de moi, il va s’en dire. Aussi, je doute fort que ce chevalier soit un envoyé de celle-ci. Encore faut-il rester prudente, toujours et en toute occasion. C’est le secret pour perdurer…

    "Ah bien, un chevalier. Voilà bien longtemps que nous n’avons pas eu la visite d’un pareil homme. Faites-le entrer."

    Les portes s’ouvrent face à moi, pour laisser entrer cet homme de passage donc, tandis que je prends le temps de l’observer, l’étudier, attendant ses salutations, qu’il m’adresse son respect. Intriguée, curieuse de connaître la raison de sa visite, de sa présence ici, j’attends qu’il prenne la parole, afin d’entendre le son de sa voix. En ce qui concerne le physique, je le trouve déjà beau garçon, enfin pour ce qu’il m’est donné de voir pour le moment, naturellement…

    "Hé bien chevalier, que voilà une visite inattendue."
Revenir en haut
Vaellar dit Lahire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 2 Aoû - 15:43 (2013)    Sujet du message: Un étranger dans la seigneurie. Répondre en citant

Effectivement, à voir sa dégaine, les gens comme moi courent pas les rues dans le coin. Vu le calme et la prospérité des lieux, on doit être davantage habitué à voir des marchands. Réflexion confirmée par les visages typiques que j’croise dans la basse-cour du château. Ils me font marrer ces goliards avec leurs tissus trop fins et leurs broderies trop chargées. Ils veulent trop en faire, montrer leur réussite et la prospérité dans leur commerce. A côté d’eux, je fais plus que dépareillé avec ma tenue poussiéreuse et mon cheval fourbu de la longue chevauchée.

Mais ma carrure en impose à ces croquants, de même que l’épée ceinte au côté. Ouais, elle est de belle facture. Un objet rare dont je ne me séparerai qu’une fois mort. Gainée de cuir, elle pend fièrement à mon côté, son pommeau serti d’argent étant la seule coquetterie que je me permets. J‘accompagne mon cheval, discutant avec le palefrenier. J’essaie de m’assurer qu’il le traite bien. Il me promet qu’il veillera particulièrement au soin de la bête. La seigneur du lieu met un point d’honneur à respecter toutes les règles de l’hospitalité.

Puis, je retourne dans la cour d’où le héraut m’alpague presque. J’pense qu’il était inquiet. Et le voila surpris de savoir que je traînais dans les écuries. Eh oui, camarade, j’prends soin de mes outils de travail. Il me sourit, visiblement rassuré, et me demande mes titres et autres affaires qui pourraient intéresser la maîtresse de céans. Je souris et lui explique que je n’ai pas de terre ni de titre à faire valoir. Je lui donne mon nom, nous parcourons la haute cour puis les entrailles de pierre de la forteresse. C’est pas un château immense, mais il en impose, dégage une impression de puissance et de force tranquille. Même, sa taille, l’étroitesse des boyaux en font un endroit facile à défendre pour une poignée d’hommes déterminés.

Enfin, j’arrive devant la grand’salle. On me fait entrer. L’intérieur est monumentale, l’architecture pensée pour diriger le regard vers le centre de l’attention : le siège ou trône le seigneur. En l’occurrence, la dame d’Harcourt. Je m’approche à pas mesurés avant de m’arrêter à distance respectueuse. On m’a permis de garder mon épée et la paume de ma main gauche repose avec nonchalance sur le pommeau lustré.

« Dame d’Harcourt, je vous présente mes hommages. »

J’incline la tête, baissant les yeux. Avant de la remonter après avoir gardé quelques secondes la posture. Mieux vaut ne pas trop en faire dans un premier temps. Faut avouer que je me sens complètement con à débarquer comme ça avec ma bite et mon épée. J’me vois pas lui sortir une banalité du style « fait chaud hein ? »

« Je me permets de me présenter : Vaellar. On me surnomme Lahire, chevalier sans suzerain. Je voyage dans les terres du Sud et je vous demande humblement l’hospitalité pour cette nuit. »
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:55 (2017)    Sujet du message: Un étranger dans la seigneurie.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com