Royaumes des Supplices Index du Forum
 
 
 
Royaumes des Supplices Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Lecher ses blessures dans les coins sombres

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Evelyn Benito
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 2 Déc - 17:31 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Le coq chanta.

Lyn remua sous ses draps, bien décidée à grappiller encore quelques minutes de sommeil. La veille elle s’était enivrée en compagnie d’une délégation d’émissaires, venus pour des accords de commerce. Bien sur le vin avait coulé, en abondance. En fin de comptes, tout s’était bien terminé, les greniers furent remplis (du moins sur le papier) et la faute de Vaellar réparée.

Le coq chanta à nouveau.
On toqua à sa porte.

« Dame, il y a d’autres délégations qui demandent a vous voir. »

La servante n’a même pas prit la peine de prendre un ton déférent. La dame de l’est leva la tête, les yeux brillants. Voila trop longtemps que tout ca durait ! Elle avait laissé du temps a son Lige et a la Rouquine de se remettre de leur pénitence. Mais en trois semaines, la mesnie avait changé, passant d’une obéissance apeurée a une attitude de défit, parfois ouvert. Evelyn rejeta les draps, et parue, nue, devant la gueuse. La gifle fusa. La Seigneur avait prit le pli et frappait maintenant tous ceux dont le comportement était signe de rébellion. La fille porta la main à sa joue, des larmes perlèrent à ses yeux.

« Fiche moi le camp ! Ne parait plus devant moi pour la journée ! »

La servante partit, et lui succéda la petite Madeleine. Lyn appréciait le silence de l’enfant, qui depuis le départ de son frère s’était murée dans un mutisme profond. Même les yeux de la petite ne parlaient pas. Elle habilla de pied en cap sa Maitresse, qui la récompensa par une caresse dans ses cheveux alors qu’elle quittait la chambre.

Lyn voulu savoir comment se portait son Lige. Aussi elle prit le chemin, d’abord, de ses quartiers. Pour finalement changer d’avis. Il était temps qu’elle mette les points sur les i avec celui-ci. Alors, Lyn fit demi-tour et se dirigea vers sa salle d’audience. Rien de tel pour enguirlander son Lige, qu’une confrontation dans ce lieux que la Seigneur chérissait plus que tout. Entourée de ses trophées, Lyn s’y sentait forte et invincible.

Elle s’installa dans son siège au haut dossier, si semblable à un trône (ya que la reine qui a le droit a un trône, c’est un siège !) et donna l’ordre qu’on amène devant elle son Lige, accompagné de Mara.

Quand ils furent devant elle, Lyn ordonna au garde les accompagnants de défaire leurs tuniques, qu’elle puisse juger de leurs états. Une fois les deux torses nus, Lyn descendit de son estrade et vint se placer dans les dos de Vaellar et Mara.

« Etes vous remis, tous les deux ? »

Son ton était sec, celui d’une Seigneur s’adressant a ses vassaux. Elle attendait qu’une seule réponse autrement ils serait mit au rebuts.


Dernière édition par Evelyn Benito le Mar 10 Déc - 09:43 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Vaellar dit Lahire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 2 Déc - 17:58 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Durant tout ce temps passé à ne rien faire, Vaellar avait largement eu le temps de ruminer sa colère. De jour en jour, elle était devenue de plus en plus sombre, de plus en plus prégnante. Il s’était tenu à l’écart des réunions et des mondanités. Il n’avait eu qu’un minimum de contacts avec la mesnie de Dame Bénito. On lui apportait pain, viande, fruits et légumes à satiété mais il était confiné à ses quartiers jusqu’à nouvel ordre. On lui interdisait toute présence et il sentait bien que sa punition continuait car sa Seigneur refusait de le voir et le maintenait en disgrâce.

Il avait pris son mal en patience. Les contacts, au début, se limitaient au strict minimum requis par les soins puis, au fur et à mesure des jours, les servantes restaient un peu, échangeaient timidement quelques mots. Il voyait bien que même les gardes prenaient parfois le risque de venir bavarder, échanger quelques discussions sur les arts de l’escrime ou parler chevaux et armures. L’ambiance dans le château devenait délétère et cela, Vaellar avait bien du mal à l’apprécier. Il sentait bien que l’autorité de la Seigneure n’était plus aussi ferme que naguère.

Au bout de deux semaines et demie, il avait récupéré du gros de ses blessures et recommençait à faire de l’exercice. Près de trois semaines après sa sentence, il fut mandé par sa Seigneur et convoqué à la salle des doléances. Il fut rejoint par Mara dans les couloirs et emmenés sous solide escorte. La grande porte à double battants s’ouvrit sur le spectacle d’une Evelyn Bénito en totale majesté. Assise sur son siège à haut dossier, elle semblait pleinement maîtriser l’espace et les vies du lieu. Vaellar hésita entre le sourire ou le frisson : Evelyn devait se sentir en danger et vouloir raffermir son autorité. Il savait qu’elle ne reculait devant rien et cela ne la rendait que plus redoutable. Il mit genou en terre pour la saluer, sans fioriture excessive, puis se releva quand, sur ordre d’Evelyn, un garde lui demanda d’ôter sa tunique. Il vit Mara l’imiter avec une exactitude remarquable.

Sa Seigneur, féline, vint se placer derrière lui et lança un ordre sec. D’où elle était, elle pouvait contempler les quelques nouvelles cicatrices qui se fondaient avec les autres traces témoins du vécu déjà chargé du jeune chevalier.

« Après ces trois semaines de soin, me voilà parfaitement remis, ma Dame. »

La voix était basse, régulière, énonçant un fait sans le moindre sentiment excessif. Il continuait à regarder devant lui, le trône maintenant vide.
Revenir en haut
Mara Menille
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Déc - 09:24 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Depuis trois semaines qu'elle était retourner dans les appartement des esclaves, Mara n'avait pas fait grand chose, mais pas par mauvaise volonté.
Elle avait mis presque deux semaine a pouvoir se remettre sur pied, et encore, elle ne bougeait pas trop de peur de rouvrir ces plaie qui par miracles ne s'etaient pas infecter.


Elle avait alors eu le temps d'aider les servantes qui l'avait soigner a nettoyer les quartiers ces derniers jours. Elle n'avait eu ni d'ordre ni de nouvelles du Chevalier Vaellar, sauf de la part de la vielle Sansha qui lui avait dit qu'il se remettait bien lui aussi, mais n'avait pas chercher a sortir de sa chambre de peur de froisser encore la foldingue blonde. Elle avait donc discuter avec les autres femmes le soir, pour en savoir plus sur cette région, les mode de vie au château etc...
 Elle avait comprit que même si la Seigneur des lieu était toujours dur, elle était particulièrement irritable depuis le retour du chevalier. Les gens du château semblait apprécier le chevalier et aucuns n'avait tourmenté Mara, la plus-part avait été aimable et l'avait aidé a se remettre de ses blessures. Elle apprit aussi qu'elle était la seule a appartenir directement au Sire Vaellar, se qui avait pu justifier la colère de Dame Benito.


Elle avait envie de sortir, de pouvoir faire quelques chose, car bien que patiente dans ces traques, elle n'aimait pas ne rester a rien faire. Elle avait besoin d'air frais et de se dégourdir les jambes. Elle ne crapahuterait pas de suite avec la peau de son dos encore fragile, mais au moins sortir de se sous-sol clos.
Apres pres de trois semaine, un garde vint la chercher pour la conduire a la salle ou l'attendait la Seigneur. sur le chemin, ils rejoignirent le Chevalier lui aussi escorter jusqu'a la Dame. Mara sourit de le voir parfaitement rétabli alors qu'elle avait encore du mal dans certains mouvement, mais elle avait décider de ne rien montrer, ni a lui, ni a elle.


Elle le suivit jusqu'a la salle sans rien dire et une fois qu'ils rentrèrent, elle s'agenouilla a ses coté en ne regardant que le sol. Elle ne jouerais pas la provocation cette fois. Elle réprima un frisson de dégoût quand on l'intima d'oter son vêtements mais s'executa en calquant ses mouvement sur ceux du chevalier, son visage toujours cacher par sa tignasse.
Elle sentie le regard satisfait de la Seigneure dans leur dos, mais Mara c'etait fat un raisons sur l'attitude de la Dame.
Elle répondit par un "Oui, Dame Benito." qu'elle aussi était remise de sa punition.
Elle espérait qu'elle allait enfin la lâcher et la confier au chevalier pour pouvoir enfin sortir des quartiers des esclaves.
Revenir en haut
Evelyn Benito
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Déc - 11:04 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

« Après ces trois semaines de soin, me voilà parfaitement remis, ma Dame. »
« Oui, Dame Benito. »

Voila des réponses qui plurent à la Dame de l’Est. Quoique, si maintenant la rouquine lui aurait répondu non, elle l’aurait ignorée et renvoyée dans ses appartements. Ou au rebut, comme prévu initialement. En fait, Lyn se fichait pas mal de la rousse. Ce qui l’importait c’était le Chevalier. Elle voyait sa colère briller dans ses prunelles sombres. Ah il était fâché ? He ben qu’a cela ne tienne, il le sera encore plus quand cette conversation sera terminée.

Lyn se dirigea vers son siège et fit face, bien à l’abri d’un coup fourré, vers les deux suppliciés, ne s’asseyant pas, préférant la stature debout (ca lui donne plus de prestance, et toc !). Elle se tourna vers Mara et, lisant son envie de liberté dans le regard de la soumise au chevalier, lui coupa l’herbe sous le pied.


« Mara, les servantes ont besoin d’aide pour l’entretien du château, nous recevons une importante délégation venue de loin, la semaine prochaine. »

Elle agita la main et une femme sortie de l’ombre. Les traits tirés et les cheveux poivre et sel, la vieille s’inclina devant sa Dame.

« Voici Silence, elle ne parle pas, sa langue a été coupée, mais elle saura te guider dans tes taches. Elle me rendra aussi compte de ton comportement. » La Dame plissa les yeux et scruta la rousse, un sourire sournois naquit sur les traits seigneurial. « Exécute assidument chacune des corvées et peut être aura-tu droit a un tour dans la foret. »

A nouveau la Seigneur fit un geste et telle une chorégraphie bien répétée, tous les serviteurs et gardes, jusqu’ici présent et écoutant les ordres de la Dame, s’en allèrent, vaquer a leurs occupations. Non, non, c’est pas du tout calculé, qu’allez vous donc chercher ?

Une fois le dernier gueux sortit, une fois la dernière porte claquée, Lyn porta ses yeux violet sur son Lige. La présence de Mara ne changeait en rien ce qui devait arriver. Au pire des cas, elle n’était qu’un insecte a écraser. Le ton de la Seigneur se fit plus froid que la glace d’hiver, plus dur que l’acier le plus résistant, plus tranchant que le fil d’épée le plus affuté.


« Vaellar, as-tu perdu l’esprit ? »

La Dame n’aimait décidément pas les petits jeux de son lige. Quand elle l’avait embauché, elle lui avait confié plusieurs missions. Missions qu’il était plus que temps qu’il reprenne.


« Sais-tu quelle est la mission de l’Est ? » demanda la Seigneur. Non, Lyn était persuadée qu’il ne savait pas, qu’il ne se rendait pas compte de l’importance de leur position, ni même a quel point il mettait leurs vies et surtout le royaume en danger.« Notre tache est de veiller a la securité du Royaume, de ne laisser passer que ce qui peut nous être bénéfique, et maintenir les barbares loin de nos frontières. »

Elle se mit à faire les cents pas, rappelant au Lige que le premier devoir qu’il avait envers elle était l’honnêteté. Devoir auquel il faisait plus que défaut. Lyn était agacée de lire dans les yeux de son Lige, lire son désaccord dans ses décisions, sa réticence à exécuter ses ordres. Le chevalier était contre elle. Et pire encore ! Il montait la mesnie contre sa Dame. Que feraient ses hommes le jour ou les pillards attaqueraient ? Rien ! Ils laisseraient les brigands passer et envahir le royaume. Tout ca parce qu’un ex-nobliau a sut obtenir leur tendresse, la ou Lyn les guidaient avec fermeté.

« Ton comportement n’est pas adéquat avec ta fonction, Chevalier ! »
Revenir en haut
Vaellar dit Lahire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Déc - 11:36 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Elle était visiblement contrariée. Et si je devais parier, je dirais même qu’elle avait prévu sa mise en scène de longue date. Elle l’avait même peaufinée. Avec Silence. Sa menace silencieuse à destination de Mara et sa promesse à peine voilée d’une carotte au bout des tâches qui l’attendent. J’ai confiance en la petite. J’me doute qu’elle réussira à gagner les faveurs de la Dame de l’Est. Et quelque part, cette petite esbroufe permet à Evelyn d’assoir son autorité sur la Fille du Nord. Ce qui n’est pas plus mal puisqu’on exigera d’elle une absolue loyauté.

Le ballet continue, minutieusement réglé et les serviteurs quittent la salle, nous laissant avec une Dame Bénito en pleine majesté. Mais dès le dernier esclave sorti, le masque se mit à tomber. Evelyn se révèle maintenant comme ce qu’elle est : une femme fragile, instable, qui cache ses insuffisances sous des caprices démesurés. Elle m'accuse d’avoir perdu l’esprit, me reprochant presque tous les maux du royaume. A l’entendre, ce serait MA faute si le Royaume venait à tomber entre les mains barbares.


« Si vous me permettez. Ne soyez pas si hâtive dans votre jugement. Surtout lorsque vous n’êtes pas vous-même irréprochable. »

Le ton était sec, grave, sans appel. je lus la surprise dans les yeux de la Dame de l’Est. Nullement impressionné, je continuai. La boite de Pandore venait d’être ouverte, il fallait maintenant assumer.

« J’ai versé mon sang pour vous. J’ai vaincu pas mal de Seigneurs et de Chevaliers en votre nom. J’ai formé vos soldats. Et au moment où je vais me chercher une personne pour m’aider dans ma tâche, vous me clouez au piloris avec trente coups de fouet ! »

La colère contenue sourdait des propos du chevalier. Il ne cilla pas lorsqu’Evelyn lui reprocha d’avoir choisi une femme. Il sentait bien qu’elle se sentait humiliée. Il n’avait pas imaginé à quel point le refus qu’il avait apposé au lit seigneurial coûtait à la réputation de la jeune femme en ces murs. Il la sentit meurtrie. Et quelque part, il comprit son ressenti et son erreur. Il sourit, non de moquerie ni de compassion, mais de compréhension.

« J’ai refusé par respect pour vous, ma Dame. Qui étais-je pour prendre votre première nuit ? Quelle image auriez-vous donnée au reste du Royaume si vous, Dame de haute lignée seigneuriale, aviez offert de plein gré votre hymen à un petit chevalier jusqu’alors inconnu ? Je l’ai fait pour protéger votre nom et votre réputation. Au moins d’autres seigneurs pourront-ils postuler et vous offrir monts et merveilles pour vous conquérir. Au moins à l’extérieur, la vertu de la Dame Bénito est érigée en forteresse imprenable. Maintenant... pour ce qui se passe entre ces murs... »

Vaellar se tut. Effectivement, ce que disait la Dame n’était pas sans intérêt. Il avait gagné les faveurs des gardes au détriment de sa Dame. Là, il avait fait, en tant que chevalier, une erreur.
Revenir en haut
Evelyn Benito
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Déc - 12:15 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Evelyn s’en voulut de se montrer si faible. Surtout dans un moment où il lui fallait être forte. Mais c’était trop pour qu’elle se taise. Elle ? Pas irréprochable ? Elle serra les poings pour se retenir de ne pas rouer de coups l’insolent. Elle lui souligna l’injure faite en amenant Mara, quand Lyn lui avait ouvert ses draps.

La réponse de son Lige fut dégoulinante de bonnes attentions, de chevalerie et de condescendance. De quoi faire vomir. Mais si prévisible de sa part. Seulement, ça faisait mal de s’être faite remballer ainsi, comme une fille du commun. Et a cet instant, peu lui importait le qu'en dira-t-on hors de ses murs. C’était ce qui se disait a l’intérieur qui la touchait, la fragilisait et lui faisait perdre sa cohérence devant ses vassaux.

Le sourire sur le visage de Vaellar lui donna envie de mordre. Pourquoi souriait-il ? Était ce drôle de voir a quel point elle pouvait être fragile ? Cependant il y avait bien plus important et surtout urgent que son amour propre à soigner. Il fallait reprendre en main sa maisonnée. Raffermir son autorité sur le petit peuple avant que celui-ci ne s’autorise à lui rire ouvertement au nez.

« Que vais-je faire de toi ? » murmura la Dame de l’Est. « Tu es un danger pour ma maison, malgré les services rendus. Je ne peux te laisser continuer à agir ainsi. »

Lyn soupira, les épaules entièrement relâchées. Puis elle secoua la tête et parut reprendre tout le contrôle sur elle-même. Allons, on ne va pas se mettre a pleurnicher devant un chevalier et une esclave ?! Déjà de un ça sied pas, et de deux, elle ne voulait pas attiser les moqueries de sa maisonnée. Déjà la « nuit de noce » avait alimenté pas mal de ragots.


"Je dois reprendre l'autorité sur le château ... "

La Dame de l'Est était rêveuse. Enfin, son ton démontrait qu'elle réfléchissait a comment se sortir d'une telle situation.

"Je ne vois que deux choix : Ou je te bannis, ou je te marrie."
Revenir en haut
Vaellar dit Lahire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Déc - 12:27 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Vaellar vit la surprise et la colère dans les propos de la jeune femme. Quelques problèmes de contenance également.

Surtout, ne pas perdre le fil de la conversation. Une erreur et c’en est fini de moi. Il faut la jouer finement. Moi, un danger ? Certainement, puisque je suis chevalier ! C’est même pour ça qu’elle m’a engagé.

Reprendre l’autorité sur le château ? Bien sûr.

« Je ne vois que deux choix : Ou je te bannis, ou je te marrie. »

QUOI ?

La surprise dut se lire sur l’expression médusée de Vaellar ? Lui ? Marié ? Et puis quoi encore ? Enchaîné au bras d’une femme ? Quelle horreur. Le mariage, c’est bon pour les seigneurs et les fermiers. C’est une liaison de patrimoine. En l’occurrence, Vaellar n’avait rien. Donc, piètre parti. Et ce mariage n’apporterait rien à la Dame Bénito sinon la satisfaction de s’être débarrassé de son lige.

« Ouais. Donc vous voulez vraiment saborder votre crédibilité auprès de votre maisonnée et des seigneurs à cent lieues aux environs. »

Autant lui demander de suite de me libérer de mon serment. Qu’est-ce qu’on dirait à l’extérieur : marié après une nuit de noces catastrophique... Ouais, on en rirait encore dans dix ans. Pauvre diablesse qui ne sait plus comment s’en sortir. Ainsi je l’ai mis dans un embarras terrible. Et ce, juste pour une esclave ? Allons bon...

« Si vous accordez crédit aux ragots, vous entamez une course sans fin vers votre perte. Ils peuvent parler. Ils ne peuvent vous nuire. L’erreur est de vous montrer vulnérable. M’écarter par un mariage... ce sera le summum d’une farce grotesque. Je préfère partir. »
Revenir en haut
Evelyn Benito
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Déc - 12:44 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

« Ouais. Donc vous voulez vraiment saborder votre crédibilité auprès de votre maisonnée et des seigneurs à cent lieues aux environs. »

Les yeux de la Dame se changèrent en lame, qui transperça le chevalier (c’est une image). Elle avait complètement oubliée la rouquine qui observait surement leur échange. Difficile de faire fit de ragots et du qu’en dira-t-on, pour la jeune femme. Elle n’était pas habituée à ce qu’on parle d’elle sans le ton d’horreur ou de peur, sans la nuance de désespoir dans la voix. Et puis même, arracheuse d’attributs ou pas, Lyn reste un être humain, une femme, qui se sent parfois seule …

Toute fois, elle ne lui répondit pas, son regard s'en chargeait déjà.


« Je préfère partir. »
« Tu n’ira nulle part sans mon accord. »

Pas d’émotions dans sa voix, pas de tremblement. C’est juste l’énonciation d’un fait. Simple et indiscutable. Pour l’instant il restait son vassal. Son vassal chaste et frustrant. C’est qu’elle n’a pas l’habitude qu’on la contredise, même pour son bien.

« On en est pas encore là, mais j’envisage tout de même cette possibilité, tu ne peux m’en vouloir de chercher à avoir toutes les cartes en main. »

Elle croisa les bras, défiant du regard son lige de s’insurger. Jusqu'à nouvel ordre, c’était encore elle qui prenait les décisions.

« Toute fois, je te charge de rappeler aux hommes d’armes qui paie leur soldes. Que leurs salaires viennent de ma bourse et non de la tienne. Ça m’ennuierait de faire des exemples parmi mes vétérans. »

Mais par contre ca l'avait pas dérangée de faire de son Lige son exutoire. Elle lui jeta un regard qui lui rappela qu'elle serait prête a recommencer si besoin était.
Revenir en haut
Vaellar dit Lahire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Déc - 12:59 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

La discussion avait petit à petit changé de tonalité. Vaellar sentait que sa Dame reprenait peu à peu de l’assurance, de la contenance et de l’autorité. Même vulnérable, elle n’en restait pas moins redoutable et surtout, possédait cette autorité naturelle qui faisait tant frémir les vilains qui habitaient ses terres.

Effectivement, même si Vaellar avait émis le désir de partir, il ne pouvait le réaliser sans l’accord et la bénédiction de Dame Bénito sans quoi, il deviendrait parjure à son serment. Et de cela, jamais il ne s’en rendrait coupable. Les blessures dans le dos le tiraillaient toujours mais il vit combien sa Seigneur avait été meurtrie par son comportement et ses erreurs. Il dut avouer, en son for intérieur, que ce n’était pas cher payé.

Il ne pouvait pas lui en vouloir. Au contraire, il l’admirait pour cela. Il choisit même de l’aider à obtenir toutes les cartes de son pouvoir. Il avait eu la preuve cuisante que sa bonne santé dépendait exclusivement de la bonne humeur et de la sécurité de sa Seigneur Quoi qu’il lui en coutât, il était de son devoir d’aider sa suzeraine.

Elle le défiait du regard et Vaellar ne cilla pas. Il n’avait toutefois pas d’animosité ni de défi dans les yeux, seulement de la résolution.

« Cela ne m’ennuie pas. Ils ont besoin d’un exemple fort. En me clouant au piloris, ils ont vu en moi un symbole de votre autorité vaciller et traîné dans la boue. Il faut leur montrer qu’ils ont fait une erreur. Je ferai exécuter demain sur la cour d’honneur du Castel un garde sur dix tiré au sort pour leur manquement à la discipline et à votre autorité. Je suggère également que vous fassiez châtier quelques servantes de votre mesnie qui se sont mal comportées. »

Vaellar fit une pause, avant de reprendre.

« Je ferai taire ces ragots. Votre vertu n’est pas une chose qui se brade ou se donne à n’importe quel vainqueur de tournoi. Il faut l’ériger en forteresse et que tous soient conscients qu’ils la défendent pour leur vie et leur salut. Comme je l’ai fait au tournoi et depuis lors. Ils comprendront le message. »
Revenir en haut
Evelyn Benito
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Déc - 09:05 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Lyn hocha doucement, lentement, son joli chef. L’expression dans le regard de son chevalier avait changé. Elle ne savait pas si ca la rassurait ou la contentait, ce changement.

Punir les servantes ne serait pas un problème, Lyn savait exactement qui châtier. L’insolente du matin par exemple, si jamais la Seigneur parvenait à se souvenir de son nom. La tension dans l’air avait disparut, remplacé, non pas par de la joie, mais au moins du soulagement.

La Seigneur frissonna, soudainement épuisée par cette « confrontation ». D’un geste de la main, elle confirma les idées de son Lige, les transformant en ordres. Maintenant, Lyn rêvait de plonger son corps dans l’eau fumante d’un bain, peut être aussi se laisser masser les épaules. Voila qui la détendrait peut être.

Tandis que Vaellar et Mara quittaient la pièce (décidément la pauvre rouquine avait été bien oubliée pendant la conversation) Lyn se laissa un peu aller, relâchant son beau visage, laissant transparaitre quelques minutes une profonde tristesse. Mais cela ne dura pas et elle reprit vite contenance, car les serviteurs entraient à nouveau dans la salle. Les regards ne parurent ne pas avoir changé, même si Lyn était certaines que certains avait eu l’oreille collée a la porte tout du long de la dispute. Parmi eux, l’insolente du matin. La Dame de l’Est pointa un doigt, long et blanc sur elle.


« Va voir le Chevalier Lahire et son aide. Tu seras punie pour ton comportement. Dis leur que tu dois recevoir 10 coups de bâtons et que tu devras accomplir les taches les plus dures pour une semaine. »

La servante eu un air surprit. Elle ne s’attendait pas à être punie, mais elle partit la tête basse. C’est a ce moment la que les autres prirent conscience que l’attitude de la Dame avait a nouveau changé, qu’elle était un peu plus sereine. Tous baissèrent la tête, avec plus ou moins de rapidité, devant elle.
Revenir en haut
Mara Menille
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 11 Déc - 13:42 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Mara avait suivi l'échange en silence, tentant d’analyser le plus d'information possible pour sa suite. Apparemment, le château respecter plus le Chevalier que la Dame en se moment, et cela ne lui avait pas du tout plus. Comme Vaellar ne recherchait pas le pouvoir en se lieu, il lui avait prodigué des conseils en vue de rétablir l'ordre. C’était vraiment un homme de valeur, et qui respecté sa seigneur même si elle avait été plus que cruel envers lui...
Après de longue minute sans bouger, Dame Benito les congédiait . Elle sortie a la suite du Seigneur Vaellar. Elle l'avait apparemment libérer du confinement dans ces appartements, et Mara le suivait donc dans les dédales du château, bien qu'il fut plus grand qu'elle, elle marchait vite et a bonne allure. Elle observer les quelques cicatrices encore visible sur le dos du Chevalier, il avait du avoir plus de viande qu'elle, car ces chaires étés bien plus remonté. Elle avait encore un linge pour protéger sa peau la nuit.
Elle devait aller travailler a faire les taches du Château, mais elle se disait que le Chevalier avait peut être ces propres taches a lui confier....
A un moment elle se rapprocha un peu plus pour lui parler.
-Excusez-moi Messire mais, que dois-je faire pour vous a présent ?


Elle n'en pouvait plus de végéter comme une infirme, même si il lui demander de laver son linges, en plus des travaux qu'elle allait accomplir cette semaine,  elle le ferait, mais elle ne voulait pas retourner dans cette chambre étouffante. Ses muscles avait besoin de travaillé, sinon sa patience serait mise a rude épreuve et elle ne resterais pas bien longtemps aussi docile...
Revenir en haut
Vaellar dit Lahire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 11 Déc - 16:47 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Avec sa jeune esclave et Silence dans les pattes, plus sa nouvelle mission à honorer, il était perdu dans ses pensées.. Il cavalait dans les couloirs du donjon, ne s’occupant gure des personnes à proximité. Il fut brusquement tiré de sa rêverie lorsque Mara lui adressa la parole. Sur le moment, il fut pris d’une bouffée de colère d’être ainsi dérangé et se retint de lui flanquer une bonne grosse gifle. Il soupira, regarda Silence, puis reprit d’un ton égal :

« Pour le moment, contente-toi de faire ce qui t’a été ordonné. Obéis aux ordres qui t’ont été donnés... Maintenant... »

Il fut coupé par une jeune servante qui arrivait. Elle lui indiqua que la Dame avait ordonné qu’elle soit
Sévèrement punie. 10 coups de bâton et une semaine de travail difficile. Il envoya un garde ordonner qu’elle soit mise aux travaux de chauffage du château pendant les quatre premiers jours et à la mine les quatre suivants. Il les vit partir. Puis, il entraîna un peu la jeune femme à l’écart et fit un geste impérieux vers Silence, lui enjoignant de rester plus loin.

« Bien. Je vais te faire passer un test qui te permettra de travailler tes instincts et à moi de savoir ce que tu vaux. La fille que tu viens de voir passer sera morte d’ici la fin de semaine, à la mine ou par accident. Que ce soit par accident serait une bonne chose, m’as-tu entendu ? »

Il lui jeta un regard lourd de sous-entendus.
Revenir en haut
Mara Menille
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 12 Déc - 14:33 (2013)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres Répondre en citant

Elle aurait du se taire, elle aurait du partir au quartier des esclaves sans déranger le chevalier....
« Pour le moment, contente-toi de faire ce qui t’a été ordonné. Obéis aux ordres qui t’ont été donnés... Maintenant... »
Elle aller le remercier et partir, elle voulait s’enfuir et se mettre a faire vraiment quelque chose. Quand avant de reprendre la parole, ils furent interrompu par une jeune servante. Après un bref échange, le Chevalier revient a Mara, la prit par le bras et l’emmena un peu plus loin, sans la sacro-sainte surveillance de Silence
« Bien. Je vais te faire passer un test qui te permettra de travailler tes instincts et à moi de savoir ce que tu vaux. La fille que tu viens de voir passer sera morte d’ici la fin de semaine, à la mine ou par accident. Que ce soit par accident serait une bonne chose, m’as-tu entendu ? »


Que voulait-il dire.... Il ne voulait pas.... Si ?
Mara fut surprise, elle ne s'attendait pas vraiment a sa mais qu'y pouvait-elle ? Ce bas monde est cruel et quand son seigneur te dit fait, tu obéis ! Elle n'avait pas envie d'une nouvelle punitions pour le moment... Elle aurait voulu demander pourquoi, mais si elle pouvais faire quelques choses pour prouver qu'elle ne sait pas faire que le ménage, elle le ferait.


Elle ne savait pas encore quand.
Elle ne savait pas encore comment.
Mais elle savait qu'elle allait le faire.


Elle hocha simplement la tête, les yeux plus froncés, puis rejoignant Silence, réfléchissant déjà. Pour l'instant, elle allait devoir travailler dure...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:54 (2017)    Sujet du message: Lecher ses blessures dans les coins sombres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com