Royaumes des Supplices Index du Forum
 
 
 
Royaumes des Supplices Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le départ du Seigneur Vagabond

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kristof Frederiksen
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 25 Fév - 07:15 (2014)    Sujet du message: Le départ du Seigneur Vagabond Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
-         Alors c’est sûr, tu ne restes pas ?
-         Certain, mère. Vous vous débrouillerez très bien sans moi, vous et le Sénéchal vous débrouillerez très bien à l’administration du domaine et vous me ferez part de vos rapports hebdomadaire bien sûr.
-        On n’a jamais vu un Seigneur administrer sa Seigneurie alors qu’il est en voyage !
-        Non, mais on a vue des Seigneurs ne pas administré leur Seigneurie alors qu’ils y avaient toujours été.


Kristof faisait évidemment référence à son père. Le vieux Seigneur Frederik avait toujours été considéré comme un bon administrateur mais seulement parce qu’il avait su s’entourer de gens de qualités afin qu’ils travaillent pour lui ou plutôt à sa place. C’était pratiquement la seule qualité que Kristof avait trouvé à son père, celle de repérer à mille lieux les personnes qui sauraient lui être utile et surtout le décharger de ses devoirs pour qu’il aille festoyer et courir la donzelle. Dieu que de bâtards étaient venus au château pour demander à y travailler. Autre qualité, surement la dernière, le roi faisait des rejetons assez costaud avec toute femme qui se présentait et ceux-ci travaillaient bien.


Sa mère soupira. Ce n’était pas vraiment sa mère, celle-ci était morte en couche mais c’était la seconde épouse de son père. Elle ne lui avait jamais donné d’enfant mais descendait d’un haut lignage et sa dote avait été plus que conséquente. Elle était en charge de la totalité de l’intendance et contrôlait la maisonnée d’une main de fer. Pour le reste, le domaine et les gardes, c’était le Sénéchal qui s’en occupait avec la même poigne.


-        Ma décision est prise, Madame. Comme je vous l’ai dit, l’administration du domaine s’est toujours bien portée avec vous à sa tête et il n’y a pas de raisons que ça continue. Quant à moi…quelques séjours à la cour à flatter la reine seront de bons tons pour renforcer l’influence de notre famille et son pouvoir.
-        Je ne suis pas habitué à de telles manigances, dit sa mère, prudente.
-        Moi oui, dit Kristof sèchement. Maintenant, veuillez me laisser, je dois finir de me préparer.


La femme s’inclina avec raideur et sortit de la chambre. Kristof n’avait pas besoins de beaucoup d’affaires. Il n’aimait pas voyager trop lourd, surtout à cheval. Il prendrait juste tout ce que ses fontes pourraient contenir comme argent. Il achèterait ce sont il avait besoin ville et, avec un peu de chance, il pourrait faire fructifier son argent. Ces deux années à traverser le royaume lui avaient appris quelques trucs et notamment les tortueux détours du commerce et de l’économie.
Il entendit un léger bruit derrière lui. Il se retourna et vit Adrien, son jeune frère, ou plutôt demi-frère. C’était parfait, il n’aurait pas à aller le cherche alors. Aussitôt, il se fit charmeur. Un sourire qui se voulait sincère apparut sur son visage, sourire qui trouve écho dans celui- véridique d’Adrien.


-        Mon frère…


Kristof ouvrit les bras et Adrien s’y jeta avec crainte mêlé de respect.


-        C’est bien mon petit Adrien, tu as bien fait ton office, je suis fier de toi.


Adrien sourit et Kristof l’embrassa. Le jeune garçon de 18 ans se perdit dans les sensations que lui procurait son grand frère dont il attendait depuis si longtemps le retour.


-        Va fermer la porte !


Adrien se précipita et poussa l’huis de bois avant de tourner la clé dans la serrure. Aussitôt, il sentit un corps chaud contre son dos. Il gémit. Kristof l’entoura de ses bras et se mit à lécher sa nuque.


-        Mmm, toi qui coucherais avec n’importe qui, dit-moi qui a pu profiter de ton joli petit cul ? demande Kristof en caressant les fesses du jeune garçon sous ses chausses.
-        Il n’y a que toi AHHH !


Kristof venait de lui mordre la nuque.


-        Pas de mensonge ! après tout, c’est moi qui ait percé ton bel œil de bronze et qui ait fait de toi la chienne que tu es…alors qui ?
-        Le…le Sénéchal, des gardes, tous les cuisiniers et les domestiques, quelques paysans et…vote père, haletât Adrien.


Cette dernière affirmation surprit Kristof. Pour ce qui s’agissait des gardes, cuisiniers et domestiques, il était au courent. Il avait jeté Adrien dans leur lit (façon de parler, ce n’était pas toujours dans un lit) dès qu’il l’avait eu lui-même défloré. Le Sénéchal n’était pas une surprise non plus. Il lui avait lui-même offert ses fesses à plusieurs reprises pour obtenir des faveurs et il avait obtenu plus que ce qu’il espérait de ce quinquagénaire dans la force de l’âge. C’est lui qui lui avait appris comment baiser ou faire l’amour à un homme et lui faire plaisir pour, par la suite (mais cela ce n’était une découverte que de Kristof), le manipuler.


Que son jeune frère se soit fait baiser par des paysans était aussi compréhensible…dans un sens. Cela voulait dire qu’après son départ, son frère avait dut d’aventurer hors des murs du château, chose qu’il n’avait jamais fait quand il y habitait encore. Séduire des paysans n’est pas difficile. Ils baiseraient n’importe quoi pourvus que ce ne se soit pas leur femme de peur qu’elles tombent enceintes et amènent au foyer une nouvelle bouche à nourrir.


Mais que son père, ce coureur de jupons et de jupons uniquement ait mit sa queue, que Kristof avait toujours trouvé très désirable, une version plus adulte de la sienne, dans le trou de son jeune frère le rendait perplexe, voir jaloux. Il avait de nombreuses fois tenté de séduire son père dans le but d’être reçu dans son lit. C’était pur narcissisme car ce qui attirait Kristof, c’était surtout la ressemblance de son père avec lui-même. Frederik avait toujours refusé les avances de son fils et celui-ci ne s’en été jamais sorti sans mal. Même adolescent, son père le forçait à se coucher sur ses genoux pour une fessée magistrale et douloureuse qui lui laissait malgré tout la trique en érection, humiliation bien plus cuisante que l'était son derrière.


-        Qu’a tu fais pour le séduire ?
-        R…rien. Quand j’essayais de me rapprocher de lui pour…pour vous aider, il ne m’a pas donné le choix.


Bref, il l’avait traité comme une simple fille de cuisine. Peu importe, Kristof ravalerait sa jalousie puisque cela avait permis de mettre son plan à exécution.


Sa lubricité satisfaite et son excitation à son comble, il entreprit de défaire la ceinture d’Adrien qu’il jeta derrière lui avant de détacher et faire tomber ses braies le long de ses jambes.


Il passa sa main sur les douches fesses de son demi-frère puis la passa dans la raie jusqu’au trou.


-        Mis dit-moi, il a été essayé récemment, murmura Kristof en passant un doigt sur les bords élargies de l’anus.


Il glissa son doigt à l’intérieur. Celui-ci glissa sans problème grâce au foutre encore chaud qui tapissait le conduit anal d’Adrien qui gémit à cette manipulation.


-        C’est…c’est le Séné…Sénéchal, haletât Adrien. Il m’a dit que tu aimerais peut…peut-être que je sois préparé…
-        Comme c’est gentil de sa part, il me connait bien.


Kristof défit rapidement ses chausses de cuir et les baissa pour sortir son sexe bandé et dégoulinant de liquide pré-éjaculatoire. Sans préparation, il l’enfonça dans l’anus offert de son jeune frère qui poussa un long gémissement qui se transforma en gémissements quand Kristof se mit à le baiser.




0OoO0




Kristof, comme deux ans auparavant, ne s’arrêta même pas quand il sortit du village. Il chevauchait Banguerang, son étalon à la robe isabelle qu’il avait acheté après que le cheval qu’il avait en partant du domaine ne meurt dans les plaines glacées du nord. C’était un bon cheval avec un fort caractère mais dévoué à son propriétaire.


Adrien avait beaucoup pleuré à son départ. Après que Kristof l’ait baisé contre la porte, ils avaient mangé les vivres qu’un serviteur leur avait apportés. Puis Kristof l’avait encore baisé. La nuit s’était trouvé rythmé entre les phases de sommeil et celles de réveil excité des deux partenaires. Au matin, Kristof s’était levé, habillé et avait pris ses affaires. Adrien était en pleur et ne semblait pas vouloir le laisser partir. Kristof avait dut appeler deux serviteur pour qu’ils s’occupent de lui. Quand il était partit, Adrien était entre les deux, la queue de l’un dans sa bouche et celle de l’autre dans son cul. Il continuait à pleurer et la morve qui coulait de son nez se perdait dans la toison du serviteur qui baisait sa bouche.


Banguerang était dans la cours, déjà scellé et prêt pour le voyage. Dans la haute cour, il put voire sa mère et le Sénéchal à qui il dit au revoir et ses myriades de demis frères et sœurs avec leurs mères en arrière-plan, peu ravit d’être venu voire partir le rejeton de leur Seigneur mais surement obligé par la Châtelaine.


La seule pensée qu’il ait eut pour ce qu’il quittait était pour Adrien. Cet idiot n’avait même pas remarqué que lui-même n’avait pas bu de vin, évitant ainsi d’ingérer le poison qui bientôt affaiblirait le corps du jeune garçon à un point tel que le moindre rhume lui serait fatal.


Il aimait bien son cul mais il ne voulait pas prendre de risque. La seule personne qui était au courent de son plan d’empoisonnement de son père et qui l’avait aussi exécuté devait mourir. Il ne voulait pas la moindre trace.
Laissant ses pensées dériver, il se dit qu’arriver à la capitale, il lui faudrait un esclave. Il n’aurait pas toujours un serviteur sous la main pour calmer ses envies et un esclave serait bien pratique pour satisfaire certains penchants plus sombres…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:26 (2017)    Sujet du message: Le départ du Seigneur Vagabond

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com