Royaumes des Supplices Index du Forum
 
 
 
Royaumes des Supplices Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Une belle fille a marier

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 3 Avr - 06:42 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
            Le soleil n'avait pas encore percé l'horizon, que déjà Emilia, ma nourrice, ouvrais les grands rideaux et déposé une vasque d'eau fraîche sur ma commode
-Debout ma jolie, le grand jour est arrivé !


               Ha oui.... C'est aujourd'hui qu'on me présenté mon premier prétendant. Je ne savais rien de lui, c'est un seigneur du royaume, mais on ne m'avais rien dit de son âge ou de sa région. On m'avais prévenu que je devrais sûrement épouser un homme plus âgé et venant d'une région éloigné, mais je découvrirais ainsi le royaume !
J'avoue que j’espère qu'il sera près de la Capital, j'aimerais tellement voir le château de la Reine...
Je sort donc de mon lit, pose les pied sur le tapis et vais me réveiller en me passant de l'eau fraîche sur le visage, toujours dans ma chemise de nuit froissé. Puis je suis Emilia dans la pièce a coté, ou dans une grande bassine, elle me lave le corps a l'eau claire pour ôter la moiteur de la nuit sur ma peau. La fraîcheur du petit matin fait dresser les pointes rosés de ma poitrine, je trouve ça tellement mignon. J'ai déjà vu les seins d’Emilia, ils sont gros et lourds, et ils ont un gros rond foncé ou les enfants boivent. Lucia ma perceptrice est toute maigre elle, et ont ne distingue pas sa poitrine sous ses robes austères, c'est peut être pour cela qu'elle n'a pas eu d'enfants.....
                   Après, nourrice m’installe devant le miroir et me coiffe en relevant légèrement mes cheveux dans une grande tresse très large, et glissa dedans quelques lignes de perles, symbole des Terres de papa, et fini par piquer un petit peigne avec une fleur en argent sur le coté. J'aimais bien quand elle me coiffé comme cela, et mon père aussi, il dit que je ressemble a maman le jour de leur mariage. Au début, mes parents ne s'aimait pas, mais ils ont apprit a se connaître....


               C'est ma mère qui vint m'apporter ma tenue.
-Tient ma chérie, cette robe sera parfaite pour rencontrer tes prétendant, tu la mettra tout les jours ou un homme viendra te voir.
C’était une longue robe de couleur blanc crème, avec de longues manches amples en dentelle, ainsi qu'une ceinture en dentelle serré sur mon ventre qui ferait ressortir ma poitrine et mes hanches. On ne me mit pas d'autre bijoux, au cas ou le prétendant m'en offrirais, il ne fallait pas le caché au milieux de mes propres affaires.
              Après m'avoir frotté des fleurs odorantes dans le cou et les poignets, je descendis avec maman a la salle a mangé ou mon père nous attendait déjà. Le soleil envoyait ses rayons par les fenêtres et venait donné a sa peau un aspect de cuivre. Il m'embrassa, un regard émue et inquiet a la fois.
Le déjeuné commença, on vient m’amener du lait, du pain frais et du beurre avec une petite coupe de fruit.
-Père, quand doit arrivé le seigneur ? Vous ne m'avez toujours pas dit son nom.
-Ma fille, je t'ai déjà dit que tu le saurais quand il sera la, je ne veux pas que tu te face de fausse idée ou des préjugé sur tes prétendants en écoutant les ragots des servantes. Il sera la dans une ou deux heure normalement, il aura chevauché depuis très tôt dans la nuit pour te voir, alors n'oublie pas d’être poli avec lui.
-Oui Père..
J'en retournait a mes tartines. Mon frère ma pris discrètement la main et la serra un instant pour me réconforter, puis parti a l'écurie voir si les stalle pour le seigneur avait été bien préparées. Il était comme ça, discret, mais protecteur.



                      Quand les audiences commencèrent, je prit mon travail de couture, et m’installa a la gauche de mon père sur un petit siège. Quelques paysans étaient dans la salle pour diverses demandes, quand ma mère ouvrit en grand les portes d'entrées et dit a tout le monde de partir, car le seigneur arrivait. Emilia rajusta ma coiffure, me pinça les joues pour les rendent roses, tendis que mon père me lança un regard approbateur.




On annonça l'arrivé du Sire....


Dernière édition par Blanche de Maurin le Dim 20 Avr - 18:04 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Sebastian de Montferrand
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2012
Messages: 704
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: Sur ses terres du Montferrand
Sexe: Masculin
Seigneur de qui :: Loki, Salvagine, Eléonore
Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 3 Avr - 07:59 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

La missive de la reine était parvenue aux terres du sud, sur le pic rocheux du terrible corbeau, De Montferrand, un seigneur de l'ouest pas le petit faucon mais un autre, peu amateur de guerre car il n'en avait jamais entendu parler, un certain De Maurin conviait le plus grands seigneurs célibataires à venir admirer et contempler sa fille en vue d'épousailles.


C'était une des première fois que la reine faisait apporté une telle missive au seigneur de Montferrand, cette guenon savait pourtant à quel point il désirait descendance et c'est surement pour celà qu'elle n'avait jamais aboutit à ses demandes.
Depuis les altercations avec le chambellan la vie était redevenue plutôt calme sur son vaste territoire du sud, et c'est pour couper de cette monotonie qu'il décida d'aller voir cette jeune princesse à accoupler.


Sébastian, comme à son habitude rustre, enfila sa cape noire, et se vétit le plus sombrement possible, son oeil balafré il le laisserait à la vue de tous, il effrayait et le faisait encore plus craindre des faibles, une longue épée au ceinturon pour montrer à tous qu'il était toujours prêt à en découdre, une belle bourse en cuir pleine pour montrer les biens qu'il possédait, il se regarda dans le miroir, il était par-fait! lugubre à souhait et pavanant de toute sa hauteur et puissance musculaire on comprenait en un coup d'oeil qu'il était riche.


Sifflotant il arnacha sa carriole, ne prenant même pas le peine de prendre son plus beau carrosse estimant déjà faire un gros effort pour voir une future jument reproductrice.


Il n'allait guère souvent à l'ouest, sa haine pour le petit oiseau fauconnier et l'odeur des ports ne lui encourageait guère à s'y rendre mais il était curieux de rencontrer cette nouvelle famille de petits riches sortis du nid.


Après de longues heures, enfin il arriva à un détour de sentier, une belle battisse distinguable au loin, qui semblait bien peu solide en cas de guère


Encore des fils de petits seigneurs qui ont bénéficier de bien sans les gagner avec leurs sanggrommela t il en serrant ses rennes et claquant furieusement sur le cheval.


Son arrivée fut accueillie comme il redoutait en grande pompe, les serviteurs et servantes allant et venant plein de bonnes attention, il ne put s'empêcher de claquer du revers de la main une mégère qui osa le regarder d'un drole d'air sans même baisser la tête sur son passage.
La pauvre femme avait maintenant 5 jolis doigts rouges imprimés sur sa joue, chienne inutile il l'a regardait avec haine à présent et celle ci baisse la tête.


Une agitation de serf se fit au devant d'une porte qui resta ouverte à son attention, ainsi donc il allait découvrir cette petite fille de seigneur bourgeois!
Deux serviteurs annoncèrent son arrivée


Seigneur de Maurin, Seigneur de Monferrand, des vastes terres du sud
Quelle entrée! Sébastian profita de tous ces honneurs pour une fois pavanant en rentrant dans la pièce, bras accoudé sur le pommeau de son épées, les yeux dont son oeil crevé bien ouvert, un sourire profiteur et malsain impossible à décroché il observait de son unique oeil noir la pièce et les gens s'y trouvant, ne leur apportant aucune intérêt et préoccupé à "en jeter" plutôt que de s'occuper des autres.


Il arriva devant le seigneur de Maurin, il n'avait vraiment pas l'air d'un seigneur ayant combattu comme il s'en doutait, néanmoins il s'obligea à faire un semblant de courbette, baissant disgracieusement la tête et la relevant le plus vite possible.


Seigneur de Maurin, Je me présente, seigneur de Montferrand, grand propriétaire terrien du sud, grand combattant de ce royaume lorsqu'il était en guerre, j'ai arraché des tripes de mes ennemis grands nombres de récompenses et grace à ceci put agrandir mon territoire, je dois avoir dans les 35ans ayant perdu mon père jeune lors d'une bataille, je ne le connais avec exactitude.


inutile d'en rajouter plus il regarda de droite à gauche pour voir ce que ce vieux bouc avait à marier.
Il n'eut pas à chercher longtemps, elle était là, un petit morceau de fille à l'air encore adolescent, toute blanche! rien à voir avec les filles habituelles de l'ouest! malgré ses joues rosées timides son air blanchatre contrastait avec la peau tannée par le soleil du seigneur, il ne put s'empêcher de pouffé tout en annoncant


je suis içi par missive de la reine pour une proposition de mariage, avec une certaine *pfff* Blanchae de Maurin, je suppose que c'est vous mademoiselle?


on pouvait lui accordé cependant ceci à la femme fantome elle avait un joli visage, agréable à regardé et encore innoncent, tout l'air d'une petite fille gatée qui n'avait rien connu à la vie.
Il scruta de son oeil le visage et eu un petit recul ! des cheveux de feu! toutes celles qu'il avait connu avec ses cheveux lui avait fait faux bond et surtout étaient mortes! elles avaient mauvaises réputations, sorcières, peu hygiénique, puante... cependant celle ci était moins "de feu" que celle qu'il avait connu, et ce n'était pas une serf donc pour l''odeur... elle devait se laver plus souvent que les autres, puis vu sa peau laiteuse presque maladive...ce n'était pas les exercices physiques qui la faisait transpirer!


Montferrand continua à la scruter sans relache écoutant à peine ce que pouvait dire son père, elle était tout de même très jolie, une jolie poitrine ronde, et cet air angélique était charmeur, il fit l'effort ultime de s'agenouiller devant cette donzelle tout en la fixant droit dans ses petits yeux peu courageux
Revenir en haut
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 4 Avr - 06:58 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant


En bonne jeune fille, j’avais respectable ment garder la tête baissé, comme il se doit. Je ne devais regarder l'invité dans les yeux que si on me l'intimait ou si il s'adressait en premier a moi.

Du coin de l’œil, je vis les sourcils de mon père se froncer tendis que j'entendais le pas du seigneur qui avançait.
-Seigneur de Maurin, Je me présente, seigneur de Montferrand, grand propriétaire terrien du sud, grand combattant de ce royaume lorsqu'il était en guerre, j'ai arraché des tripes de mes ennemis grands nombres de récompenses et grâce à ceci put agrandir mon territoire, je dois avoir dans les 35ans ayant perdu mon père jeune lors d'une bataille, je ne le connais avec exactitude.


Ho mon Dieu, si mon père voulait me donné un aperçu de « «tes prétendants ne seront pas tous les princes charmant des contes pour jeune fille », il avait bien réussit son coup. Néanmoins je ne regardait toujours pas le seigneur de Montferrand. Mais quel rustre de venir se présenter en éructant de si sanglantes déclaration ! Mon père aussi été fortuné, mais grâce au commerce, et il ne s'en targuait pas avec ce ton suffisant.... 

je suis ici par missive de la reine pour une proposition de mariage, avec une certaine *pfff* Blanche de Maurin, je suppose que c'est vous mademoiselle?

Mes mains se crispèrent légèrement sur mon ouvrage quand il prononça mon nom avec tant de dédain et de moqueries. Je relève alors la tête avec un sourire poli pour saluer celui qui vint de me parler, et a la vu de son visage l'air se bloqua dans ma poitrine...
Qu'il est effrayant ! Un corbeau de cauchemar, noir et balafré ! Pas que je juste les gens au physique, mais toute son attitude et son aura m'aurais pousser a fuir cette pièce si mon père n'attendait pas tant de ma conduite....
-C'est bien moi Messire, je vous remercie de votre venue en les terre de ma famille.

Quand il agenouilla devant moi et que je me pencha en avant en remerciement, je sentie son regard couler le long de ma poitrine, et je fut plus que soulager que mon père reprenne la parole...

-Messire, c'est un honneur de vous recevoir dans nos verdoyante terre de l'Ouest. Vous avez bien devinez que cette belle enfant était ma fille Blanche
, il insista avec sérieux sur mon nom.
Je sentait bien qu'il n’apprécier pas sa conduite non plus, et j’entrevis vaguement Nourrice qui bouillonnait dans un coin de la salle d'audience....


-Mais si vous le voulez parlons peu parlons bien, car je sais que vous êtes un homme très occupé et que vous ne pouvez vous attarder hors de vos terre trop longuement. Que pensez-vous que cette union pourrais nous apporter a tout les deux ?
Revenir en haut
Sebastian de Montferrand
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2012
Messages: 704
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: Sur ses terres du Montferrand
Sexe: Masculin
Seigneur de qui :: Loki, Salvagine, Eléonore
Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 02:21 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

Ce gredin de seigneur, nouveau riche, plein de fioritures et de genres, il n'avait rien d'un combattant et cela faisait grincer des dents le seigneur, à la bonne époque il aurait déjà tranché cette tête pour prendre ses terres et sa tousse de fille, mais les temps avaient malheureusement changé depuis qu'ils étaient régit par une femme!
Tout était bon pour faire des courbettes et s'autosatisfaire de son argent.


C'est avec les même fausses louanges mielleuses que le seigneur de l'ouest répondit à celui du sud, insistant sur le prénom "blanche".
Ca pour être blanche elle l'était! cinq minutes sous les rayons de soleil de ses terres et elle serait rouge et aurait un air moins maladif, il esquissa un sourire malsain à cette pensée de la voir couverte de coup de soleil, de plus les cheveux rouges dans son genre étaient bien connus pour ne pas apprécier le plus bel astre.


Le père interrompit ses pensées moqueuses, a son intonation et sa façon de parler on pouvait imaginer qu'il souhaitait se débarrasser rapidement de son visiteur, un homme très occupé... qui peut pas s'attarder longuement loin de ses terres....Montferrand fit craquer les os de sa nuque d'un geste rotatif avant de refixer droit dans les yeux le père et sa fille qui ne mouftait pas un mot, plongé dans son ouvrage.


Qu'est ce que l'union pouvait apporté à lui ca il le savait, et l'idée même d'avoir un héritier possible de l'ouest allait déjà bon train dans la tête du seigneur du sud, même s'il restait ce frère freluquet.


il y eu un long moment de silence et Montferrand se décida à répondre
c'est une très bonne question seigneur mais, avec tout le respect que je vous doit, je pense que cette union est d'abord envisageable pour le bonheur de votre fille, épouser un seigneur riche, possédant de nombreuses terres dans le sud et qui prendra soin d'elle! De plus je cherche à fonder une famille, avoir de nombreux héritiers et vous offrir le plaisir d'avoir de magnifiques petits enfants. Bien entendu je serais me montrer toujours aimant et généreux envers celui qui m'aura accorder la main de sa fille.


Montferrand faisait de grands sourires malgré son air austère mais au fond de lui il bouillait de devoir être aussi hypocrite, dans tout ce blabla inutile il avait son objectif personnel, il poursuivit plein de manière


Le modèle économique de son grand père, mélangé au modèle guerrier de son père, rendra nos héritiers forts, intelligents et courageux mon seigneur, et votre fille baignera dans le plaisir de mes nombreuses richesses, soyez en sur
un rictus se dessina sur le coin de ses lèvres
Revenir en haut
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 10 Avr - 16:38 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant


J'ai l'air absorbé dans mon ouvrage, mais je ne manque pas une phrase, pas une intonation du seigneur. S’occupera t’il réellement de moi ? Si c'est un homme rompu a l'art de la guerre, il prenne sûrement une discipline et une autorité forte, et même, peut être, de fortes réprimandes....

Mais je me doute bien que mon père ne doit pas être dupe de ce sourire et de ses promesses, Nourrice aurais dit que cette homme dégageait du mauvais, et Nourrice ne se trompe jamais !



Je me permis de poser ma main délicatement sur le bras de mon père

« Père, notre invité vient a peine d'arriver et vous le questionné déjà, permettez moi d'intervenir ? »
Il savait très bien que je ne ferais rien de stupide et me donne sa bénédiction d'un geste de la tête. Je me lève alors, m'approche d'une servante tenant les boisson, sert une coupe, et m'approche du Seigneur.


J'ai besoin de me rapprocher, de savoir ce qu'il dégage vraiment, ne pas me perdre en conclusions rapides par son visage ou son physique...

«Messire, acceptez ce verre afin que votre gorge puisse supporter les questionnement de mon père après votre long voyage »

Bien que ma phrase fut respectable, je me rendit bien compte de son double tranchant, bien qu'il soit involontaire... Bien qu'il devrais vraiment avoir soif après sont voyage, si il si il faisait réellement des simagrées devant mon père, son hypocrisie devait lui blesser la gorge Je tend donc la coupe, bras a demi pliés, a une distance tout a fait respectables. Dans le silence respectueux de la salle, je vois mon père bienveillant, et ma mère plus en arrière m'adresser un signe de tête approbateur. Et Nourrice, bien sur, fait les gros yeux dans l’entrée du petit couloir donnant a mes appartement... 



Revenir en haut
Sebastian de Montferrand
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2012
Messages: 704
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: Sur ses terres du Montferrand
Sexe: Masculin
Seigneur de qui :: Loki, Salvagine, Eléonore
Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 02:24 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

Alors que son plaidoyer était fini, il attendait avec impatience une réaction du père, il l'espérait positive.Cependant ce fut la petite donzelle blanchatre qui prit la parole... demandant à intervenir! celle ci ne manquait pas de toupet! encore une femme qui se prenait à vouloir porter le pantalon, il grinca intérieurement des dents alors que son couard de père lui donna la permission d'un geste de tête.
Montferrand restait ainsi avec un sourire hypocrite et malsain à regarder celle qui allait lui parler intensément de son oeil noir.


Que voulait elle lui demandé? et de quoi se mêlait elle surtout?? il bouillait intérieurement.
Sébastian la suit du regard, alors qu'elle se relève, il est vrai qu'elle dégagé  une beauté pure et blanche comme la neige malgré sa tignasse rousse, son teint pâle ferait presque mal aux yeux à la regarder au soleil tant il refleterait dessus.
Montferrand devait bien admettre que cette donzelle drainait une certaine classe et sérénité malgré son jeune age, et son toupet à se mêler des histoires d'hommes ne manquait pas de lui plaire.


Elle se dirige vers une servante, sert une coupe et se dirige vers le corbeau, proposant avec la même amabilité et les même simagrées de se désaltérer.
Le seigneur s'approche d'un pas de Blanche, transformant son rictus malsain en sourire appréciant l'offre


je dois bien avoué mademoiselle que ma gorge est sèche effectivement à avoir traversé autant de paysages avant de pouvoir vous rencontrer, je ne vois que peu de monde habituellement et ne suis pas habitué à autant parler, je vous remercie


Une des larges mains du seigneur se tends vers ce petit bout de femme en comparaison à la stature du seigneur, frole sa main et prends la coupe avec un regard qui ne lache pas celui de la jeune femme, il ne baissera pas les yeux. Un clignement d'oeil pour un signe de satisfaction et remerciement mais il boit la coupe tout en observant ua plus prêt la jeune beauté blanche.


Il en finit, d'un geste molasson et hautain tend la coupe vide vers la servante.
merci beaucoup de cette attention, j'apprécies, vraiment. vous ne buvez rien? Peut être avez vous des questions également me concernant jeune blanche?


Le seigneur se tient toujours aussi droit, intense, bombant toujours aussi fièrement son torse.
Revenir en haut
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Avr - 11:11 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant


En face de lui, je ressenti la sincérité dans ces remercient pour le coup.

Quand les larges mains du seigneur vinrent effleurer mes doigts délicat, un frisson parcouru mon échine. Je n'aurais pas du tant le regardait, mais quelque chose de magnétique me figea devant lui. Il dégageait une puissance sombre et intimidante, mais bon, je suis curieuse, surtout en se qui concerne les hommes....

Quelles sensation engendrait ses mains sur mon corps ? Je ne sais rien du désire des hommes, des relations charnelles... Père doit m'offrir une suivantes qui pourra me parler de tout ça, car aucunes des femmes de bon lignage n'aborde les sujets du sexe avec moi, on me répond juste d'obéir a mon époux....
Son clignement me fit sortir de mes pensée, et je suis sur que le sang m'est monté aux joues de le voir ainsi s'attarder sur mon corps.



-Merci beaucoup de cette attention, j’apprécie, vraiment. vous ne buvez rien? Peut être avez vous des questions également me concernant jeune Blanche?

Je suis totalement prise au dépourvu... Est-ce le droit de poser une question ? Mais il ne pourra jamais répondre en public au vrai questions que je me pose.... Je lance un regard interrogateur vers mon père, qui me sauve de justesse


-Messire, je pense qu'il serais plus simple pour vous deux de converser a ma table, sans cette foule autour de vous, car il est l'heure du repas. Si vous me fait le plaisir de rester un peu et de vous joindre a nous, vous aurez tout le loisir de parler avec cette jeune fille.

Un léger sourire mutin aux lèvres, je me retourne donc vers le seigneur afin de voir sa réaction. Je n'ai jamais eu la permission d’être assise a coté d'un autre hommes.... Et finalement, ma curiosité l’emporte sur appréhension qu'a j'avais a son entrée.
Revenir en haut
Sebastian de Montferrand
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2012
Messages: 704
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: Sur ses terres du Montferrand
Sexe: Masculin
Seigneur de qui :: Loki, Salvagine, Eléonore
Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 14 Avr - 02:37 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

Les joues de la jeune fille prennaient une teinte rosée, de honte? de gêne? il en savait rien mais elle se faisait mielleuse et très féline, elle observait le corps du seigneur avec un regard pour le moins troublé, s'en était amusant à croire qu'elle n'avait jamais vu d'homme.
Montferrand s'amusait de cette situation la fixant toujours aussi intensement, vaec un rictus sur de son fait bien accroché sur le visage, le père, les servantes et toutes les autres personnes n'existaient plus, il la dévorait du regard et l'observait telle sa future proie, ses épaules blanches et fines qui tenaient cet adorable visage il avait envie de les caresser.


alors qu'il lui demande si elle a des questions, elle se trouve toujours aussi empruntée, je vois bien qu'elle se pose mille questions qui semblent lui démanger la langue mais rien ne sort de sa bouche, elle est complètement hypnotisée et envoûtée dans ses pensées.
La voir ainsi béa excite au plus au point le corbeau, tant reste devant lui comme une petite chose fragile cherchant à découvrir plus sans oser franchir le pas.


Le père coupe cet instant de planement sortant le seigneur de sa torpeur et de l'attente de question, la jeune fille reste muette toujours aussi rouge, ainsi il l'invite à manger, Montferrand estime avec passer avec brio mais surtout avec étonnement cette première étape.
Tout en manières, forcées, il fait un geste d'allégance vers le parternel et reproduit le même geste vers la jeune fille se rapprochant d'elle.


Montferrand saisit la main de la jeune fille, de sa large main, il la prends délicatement et la lève vers sa bouche pour l'embrasser.
Je ne peux qu'accepter mon seigneur de Maurin, mangé en votre présence et celle de votre magnifique filel sera un véritable honneur pour l'homme solitaire que je suis.
Mes doigts tiennent la main de Blanche, très lentement j'en caresse le bout de ses doigts à peine, tout en frolement, tout en discression pour que le paternel ne vois pas mon manège, je prends plaisir à la voir toujours aussi gênée, j'ai envie de caresser sa joue sous cette chevelure de feu mais je m'abstient


Les serviteurs nous mènent à une table abondamment garnie, on me présente un siège, près du père mais surtout de sa fille qui sera près de moi, j'en suis ravi car je tiens bien à comprendre les questions qu'elle laisse trainer dans sa tête.


mon seigneur votre invitation et cette table sont aussi digne que votre fille blanche, je vous remercie encore pour cette invitation
Je regarde le père, puis sa fille ne lachant pas le regard, cherchant à la mettre dans l'embarras, lui faire rougir ses joeus encore et encore, elle a cet air enfantin que j'aime et je m'adresse à elle.


Alors mademoiselle Blanche, vu que vous n'osez me poser des questions... puis je savoir si vous connaissez les terres du sud? leurs plages, leurs pics et Monts? la chaleur ambiante de mes contrées?


Alors qu'il vante la chaleur de ses terres, sa jambe et son pied se tendent vers la robe de la jeune fille face à lui, frôlant l'intérieur de son mollet avec lenteur et douceur tout en la fixant avec un rictus amusé.
Revenir en haut
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 14 Avr - 08:43 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant


Depuis que jetait aller a sa rencontre, je le sentait totalement différent, plus sincère, moins ailleurs..

Quand il prit ma main, lui qui semblait tel un cauchemar a son arrivé, je sentit une douce chaleur envieillir mes doigts. Quand ces lèvres les effleurèrent, je ne put retenir un soupire qui gonflât ma poitrine serré dans le tissus délicat comme si j’allai la déchirer a chaque regard.

Toujours accroché a son bras, il me guide jusqu'à la table. Nous nous asseyons et chacun se met a discuter pour nous laissez l'intimité que demandait mon père.

-Alors mademoiselle Blanche, vu que vous n'osez me poser des questions... puis je savoir si vous connaissez les terres du sud? leurs plages, leurs pics et Monts? la chaleur ambiante de mes contrées?

Quand son pied vint sur l’intérieur de mon mollet, un inspiration étonné me pris la gorge dans un cris tout juste silencieux, que seul le seigneur Montrant eu put entendre.


-Monseigneur, il ne m'a pas été donné la joie de visité vos terres, et j'ai eu a peine le loisir de voir les plages de nos propre cotes. Mais de ma chambre quand le ciel est dégagé, la première chose que j’aperçois a l'horizon sont vos monts et vos pics qui se détaches des vaste prairies.

Pour moi qui ne savais pas si sont geste fut déplacé, je m’évertue donc a lui rendre son attention. Ma main glisse donc délicatement pour venir poser négligemment sur le coté de la cuisse du seigneur

-Mais je ne doute point de la chaleur de vos contré, car votre simple présence l'amène a mes coté

Ho oui que j'avais chaud de sentir sont regard d'homme sur ma peau, si chaud que je pourrais prendre un coup de soleil si je m’abandonnai encore a ce regard....

-J'ai bien une question a vous poser, pardonnez moi si je suis trop indélicate de celle-ci.
Qu'attendez vous de votre futur épouse ? Mais répondez pour moi, pas comme vous répondriez pour complaire a mon père, je vous pris. Je ne suis pas sotte, je sais que le protocole vous astreint a certaines politesse, mais comme vous l'avez sûrement deviné, on ne m'a rien enseigner sur les hommes ou le rôle d'épouse si il n'est que je doit obéir sans restriction.


Ma main n'avais cesser de caresser sa cuisse, marque d'affection répondant a ses propres attentions a mon égard
Revenir en haut
Sebastian de Montferrand
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2012
Messages: 704
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: Sur ses terres du Montferrand
Sexe: Masculin
Seigneur de qui :: Loki, Salvagine, Eléonore
Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 14 Avr - 09:26 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

Nous sommes à table et mon pied s'amuse à troubler la jeune femme qui ne semble guère avoir été à rencontrer d'autres males que son père ou son frère, une situation très agréable pour le seigneur corbeau qui prend malin plaisir à rendre cette peau si blanche de couleur rosée.


Elle répond à ma question, sa voix est nouée sous l'effet de mes caresses discretes sous la table, mon pied continuant à froler cette douce jambe.


Monseigneur, il ne m'a pas été donné la joie de visité vos terres, et j'ai eu a peine le loisir de voir les plages de nos propre cotes. Mais de ma chambre quand le ciel est dégagé, la première chose que j’aperçois a l'horizon sont vos monts et vos pics qui se détaches des vaste prairies.


Montferrand adressa un grand sourire à la demoiselle tout en écoutant argumentation, alors qu'elle termine et que je vais répondre, je sens sa petite main parcourir ma cuisse, je suis surpris je dois bien l'avouer ne pensant pas que cette jeune fille soit assez courageuse pour tenter ce genre de geste, mais j'apprécie, je sens le bout de ses doigts froler ma cuisse et la palper, d'abord avec timidité, pouvant prétexter à un incident si je m’offusquait puis avec plus d'aise.


Mais je ne doute point de la chaleur de vos contré, car votre simple présence l'amène a mes coté


Visiblement et au so nde la voix de la jeune femme, celle ci semblait être pas si réfractaire qu'il l'aurait pensé à une possible union, Montferrand n'en revenait pas, ce qui était partit pour n'etre qu'un jeu, une curiosité était en train se s'accelérer dans sa tête, le visage d'ange et son regard béa, sa voix tendre, le seigneur venait à tirer bien d'autres plans que la mascarade initiales... et pourquoi pas ....


La chaleur dont ils parlaient se diffusaient aux oreilles de Sébastian, regardant à son tour la jeune femme avec intensité, une tout autre, le haut de sa poitrine, cette peau si blanche, ses cheveux feu... elle était en train de l’envoûté de sa jeunesse et de sa curiosité.


J'ai bien une question a vous poser, pardonnez moi si je suis trop indélicate de celle-ci.
Qu'attendez vous de votre futur épouse ? Mais répondez pour moi, pas comme vous répondriez pour complaire a mon père, je vous pris. Je ne suis pas sotte, je sais que le protocole vous astreint a certaines politesse, mais comme vous l'avez sûrement deviné, on ne m'a rien enseigner sur les hommes ou le rôle d'épouse si il n'est que je doit obéir sans restriction.


Montferrand la regarda, sans détourné le regard il posa discrètement sa main sur celle de la jeune femme, frolant toujours habillement sa cuisse, cette large main caressait le haut de la sienne, et offrant son visage le plus chaleureux ce qui n'était pas aisé déclara de sa voix la plus roque,
je ne vois rien d'indélicat chez vous... Blanche de Maurin
tu revers de la main, je m'ose à lui caresser sa joue si fine et blanche, quoi que bien rosée, mes doigts se laissent guider par les traits de son visage.


Soit, je vais vous épargner les complaisances de notre milieu, chère blanchemon regard redevient plus sérieux mais ne la lache toujours pas du regard.
Blanche, je eux que ma future épouse doit mon gant de velour, cachant ma poigne de fer, je veux que ma future femme m'offre descendance, qu'elle soit attentive à mes désirs d'homme et seigneurs, ma femme devra être capable de diriger mes serfs quand mon devoir m'imposera d'être éloigné de mes terres, ma femme devra dominé et gérer mes esclaves quand j'aurais le dos tourné, ma femme devra resté belle et séduisante, telle que vous l'êtes, car je dois bien avoué être bluffé par votre beauté naturelle jeune fille... ma femme... sera une Montferrand et elle sera choyée telle quel, cependant gare à celle qui me trahit ou déçois.


Je parle d'un trait , sans aucune hésitation, ma main caresse toujours la sienne du bout des doigts et mon unique regard et plongé dans ses yeux comme pour l'hypnotiser.
Je possède beaucoup de biens, de terres, de serfs, je vis isolé avec mes esclaves depuis très longtemps, je respecte les femmes qui ont le mérite de l'être et....


ma main glisse de sa joue et frole son corsage puis son ventre.
je saurais faire du bien à celle qui s'ouvrira à moi


Je la regarde, satisfait de ma plaidoirie, je n'ai pas les clés pour faire en sorte qu'elle devienne mienne, mais pour une balade à la base sans but, cette donzelle me fait sortir tous mes arguments. Ses épaules nues sont un appel à des baisers dans son cou mais je me retiens.


et vous tendre Blanche? avez vous des vues ou des espoirs sur certains seigneurs? je suppose que vous connaissez ma réputation me traitant de sauvage et de rustre... j'imagine que votre père et vous même espérez un autre homme que ma personne qui suis de bien loin votre ainé, et je dois l'avouer, bien amoché...
Mon regard devient fuyant, mon visage se tournant un peu pour cacher mon oeil perdu, même si ma stature est imposante et mon gabarit impressionnant mon visage reste sali par cette blessure.
machinalement mes doigts viennent s'entralacer avec les siens sur ma cuisse.
Revenir en haut
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 14 Avr - 10:57 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

Dire qu'a son arrivé j'aurais voulu fuir, maintenant je n'ai qu'une envie c'est que lui reste... Mais Blanche voyons, ne te précipite pas sur le premier homme venue, ça se trouve tu fait tout de travers et il en profite !
Rho tait toi ma conscience.... Laisse donc un peu parler mes hormones !

je ne vois rien d'indélicat chez vous... Blanche de Maurin
Comment un homme d'apparence si dure pouvait m'embrumer ainsi mes pensées....



Il me répondit sans détours, ne cachant pas son désire d’être pleinement satisfait et de pouvoir réprimandé en conséquences, et également de ne pas avoir qu'un jolie pot de fleur a ses cotés.
Je blottirais presque délicatement ma joues cotre sa main, c'est si tentant, je bouillonne... Quand il m'effleure j'ai l'impression qu'un feu s'allume dans mon bas ventre.



et vous tendre Blanche? avez vous des vues ou des espoirs sur certains seigneurs? je suppose que vous connaissez ma réputation me traitant de sauvage et de rustre... j'imagine que votre père et vous même espérez un autre homme que ma personne qui suis de bien loin votre aîné, et je dois l'avouer, bien amoché...



Ma main est bien dans la sienne, c'est presque facile en fait.... Le voyant ainsi troublé de parler de son apparence, j'attrape délicatement son menton pour le retourner vers moi, même si mon père me regarde discrètement d'un air dubitatif.
-Seigneur, je ne connais que des contes de fée, je ne suis plus une enfant pour rêver de cela. Mon père veux de bonne alliance et de ce que j'en sais, vous avez su maintenir votre seigneurie bien a flot malgré des conditions difficiles, une qualité que mon père ne pourra négligé. Quand a moi, je pense savoir que les premières impressions peuvent être trompeuse, je vous avoue que vous m'intimidiez, mais a présent je me sent surtout troubler de....
Les serviteur amenèrent les plats, et nous dûmes séparer nos mains pour manger. Un grand plat de fruit de mer fut dépose devant nous.
-Avez vous des spécialités culinaire dans votre seigneurie ?
Je tentait de changer de discutions afin de cacher mon trouble grandissant et mes jeunes hormones en ébullitions qui risquait de trop prendre leur aises..
Revenir en haut
Sebastian de Montferrand
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2012
Messages: 704
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: Sur ses terres du Montferrand
Sexe: Masculin
Seigneur de qui :: Loki, Salvagine, Eléonore
Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mar 15 Avr - 02:23 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

la jeune fille se fait féline et semble avoir cette même attirance incompréhensible que j'ai pour elle, la vaste fumisterie que j'avais prévu est bien loin à présent de mes idées, et je n'en ai plus qu'une, faire de cette jeune beauté d'albatre mienne.
Nos mains sont liées et à aucun moment elle ne me repousse, je dois lutter contre mes pulsions pour ne pas l'embrasser, mais je dois me tenir, son père, serviteurs sont là, il ne faut pas tout faire foirer si près du but, donne la meilleure impression possible jusqu'au bout, et attendre le verdict car celui qui à la clé est à deux pas de là, et ce quel qu'en soit les sentiments et l'attirance de la jeune femme et du corbeau.


Seigneur, je ne connais que des contes de fée, je ne suis plus une enfant pour rêver de cela. Mon père veux de bonne alliance et de ce que j'en sais, vous avez su maintenir votre seigneurie bien a flot malgré des conditions difficiles, une qualité que mon père ne pourra négligé. Quand a moi, je pense savoir que les premières impressions peuvent être trompeuse, je vous avoue que vous m'intimidiez, mais a présent je me sent surtout troubler de....


Comment ne pas offrir un large sourire de satisfaction, la reconnaissance de ces longues et dures batailles pour conserver ses terres et les agrandir, la reconnaissance de ses richesses aussi bien terrienne que pécunière, malgré que la jeune fille stoppa son discours au moment le plus interessant, ces louanges avait fait mouche, intimidée et maintenant troublée, celà faisait bine longtemps qu'il n'avait pas imaginer faire un tel effet.
Il voulait être seul avec elle, embrasser son corsage et ses lèvres ca devenait une obsession, sa peau si fraîche ce regard troublé enfantin.


Un grand plat de fruit de mer fut disposé devant eux, provoquant la joie du seigneur.
Je me dresse
seigneur de Maurin, je suis conquis, permettez moi de vous le dire, vous avez une fille des plus ravissante et à la conversation plus qu'interessante, des magnifiques terres, et vous ne pouviez faire mieux en servant un de mes mets préférés, je vous remercie vivement


Ma voix est bien plus sincère et pour une fois, un geste très rare, je baisse la tête en signe de remerciement en direction du paternel.
Me rasseyant, je ne peux m'empecher de caresser la cuisse de cette qui attire bien plus ma convoitise que ce plateau de fruit de mer, furtivement tout en douceur, ma main vient flirter sur sa longue robe, provoquant un petit rictus amusé.


chère blanche, nous avons bien des spécialités culinaires effectivement dans mes contrées, nous possédons un large choix de poissons et fruits de mer mais habitant au sommet d'un pic je ne m'en fait guère livrer souvent malheureusement malgré que j'adores ça, nous cuisinons donc beaucoup plus le sanglier, le cerf, le boeuf... nous nous nourrissons également de poisson de rivière, beaucoup de truite, peut être le découvrirez un jour tendre blanche mais j'ai d'excellent talent de cuisinier.


Je me tais, attends que le paternel se serve et en profites pour faire de même, je charge mon assiette d'huitre, clams, palourde, moules, crevettes, tout ce que j'aime est disposé sur cet immense plateau auquel je fais honneur.
Je verse le citro net me délecte des huitres et reprends la discussion.


je sais qu'il est étonnant d'entendre un seigneur cuisiner, pour vous dire la vérité je ne possède aucun serviteur dans ma forteresse, uniquement deux anciens esclaves que j'ai affranchit, le reste du temps je vis seul, depuis que le royaume est en paix je ne me voyais pas m'encombrer de personnel dans mes murs, ça me fatigue, mais soyez en sur, seigneur de Maurin et chère Blanche de Maurin que je veillerais à ce que votre magnifique fille soit bien entourée si vous veniez à me désigner


Je mange une crevette, je la détortique habillement comme j'oterais la robe de la jeune fille à mes cotés qui m'obsède et me fait me livrer[/color]
Le chateau de Montferrand n'a jamais été pris, mes serfs me sont fidèles et dévoués et toujours près en cas d'attaque, je les rémunère en conséquence, ce sont d'excellents agriculteurs également


J'espère amené le paternel à la plus grande reconnaissance possible, malgré que je n'apprécie guère détourné la discussion sur tout ceci, parler et regarder le visage d'ange à mes cotés me serait plus agréable mais je dois bien passé par là pour tenter ce que je n'aurais jamais imaginer.[/color]
Il faut que je trouve le moyen de la regarder, lui parler... je la regarde
et vous mademoiselle, quels sont vos mets préférés? et dites moi vous qui ne voye plus aux comptes de fées, quel genre de vie vous imaginiez vous, vexcusez ma franchise mais vous verriez vous à mes cotés, perché sur mon pic et ses terres rocailleuses dominant la vue de toutes les terres du sud jusqu'à la mer?


je me surprends à aussi bien parler mais le jeu en vaut surement la chandelle.
Revenir en haut
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 16 Avr - 11:11 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant


Ho par tout les Dieux, ce sourire....
Derrière ses sarcasmes, ses rictus mesquin laissait alors parfois transparaître un visage si charmeur ?



De même que quand il s'adressa a mon père, celui si eu l'air tout aussi surprit et leva vers lui son verre en guise de remerciement . Et moi, j’étais juste en pauvre état de pavoisement ! Il se sert copieusement et avec plaisir.


Je l’écoutais attentivement, cherchant a me rappeler du moindre détails de se qu'il pouvais aimer.
Et en plus se n’était pas un seigneur fanfreluche ! Je sais qu'ici au château nous avons beaucoup de domestique, mais chacun a son travail, mange a sa faim, et nous ne sommes pas des tyrans, loin de la, nous n’avons pas plus de gents qu'il n'en faut et nous ne leur faisons pas faire ce qui est dans nos propres possibilités.




-Mais seigneure, vous avez quand même beaucoup de contact avec vos serfs qui réside en dehors de vos propres murs ? Devrais-je être astreinte a rester au sein de votre demeure ou pourrais-je sortir a ma guise ? On m'a déjà enfermé dans ma tour d'ivoire, et je me mourrais d'attendre votre retour dans la solitude et de ne pouvoir découvrir votre seigneurie a vos coté...

Je mange une huître en même temps que lui et après ses propres question je déclare dans un grand sourire:
Mais rassurez-vous, je prendrais le temps de me mettre aussi a la cuisine. Je suis plus friande de poisson ou de viande blanche, car ici nous élevons plutôt des agneaux de lait.
Et en retour de votre sincérité je le serais aussi. Je n’espère pas être juste une jolie fleur a vos coté, ou enfermer dans une demeure sans but. Je veux être avec vous et partager votre vie pleinement. Je ne prétend pas m’introduire dans des histoires de guerre ou de politique bien sur, je sais tout de même rester a ma place. Je suis attentive et appliqué, si vous m’instruisez, je comprend et j’apprends vite. Je me suis lassé des broderie et des cours de chants, je veux apprendre a être vraiment utile a mon époux et ne pas être qu'un fardeau avec une jolie dote.


Je me penche en avant pour attraper un citron, avance ma nuque devant menton, touchant un instant son épaule de la mienne.

Revenir en haut
Sebastian de Montferrand
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2012
Messages: 704
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: Sur ses terres du Montferrand
Sexe: Masculin
Seigneur de qui :: Loki, Salvagine, Eléonore
Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 17 Avr - 03:48 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

Je me sentais de plus en plus à l'aise avec elle, en oubliant presque son paternel et me sentant comme à ma table, les fruits de mer étaient délicieux et la compagnie qui m'était offerte l'était tout autant, je n'en revenais toujours pas de voir les choses se dérouler ainsi mais pour une fois je laissais les choses se faire.
Le moindre frollement de sa part me fait palpiter le coeur et me donne envie de l'enlacer, petit à petit une idée me vient en tête et n'en sort plus, ramener cette femme qui pourrait être ma future, la mère de cette descendance tant désiré en haut de mon pic.

j'écoute avec attention sa question, pose la coquille d'huitre que je viens de gober, le regarde droit dans les yeux de l'air le plus sincère que je peux
Comme je vous l'ai dit, je cherche une femme qui sera pas une potiche, je suis un seigneur de guerre, j'ai eu du sang sur les mains mais grace à cela j'ai un territoire jalousé et magnifique, ma femme, devra être à mes cotés, pour prendre soin de moi bien entendu mais pour me seconder, être la main plus douce lorsque je vais frapper, ma femme devra me temporiser, être sur le terrain avec moi lorsque je fais le tour de mes terres, vous savez blanche, j'ai deux fidèles anciens esclaves affranchis qui ont toute ma confiance, ils vont où bon leur semble cependant je leur demande prudence, je n'i pas que des amis... loin de là .... et perdre ma femme serait un supplice dont je ne pourrais me remettre, surtout si ca venait à être... vous...

Montferrand s'emballait peut etre mais cette reunion, cette rencontre .... ses projet allaient bon train dans sa tête avec cette jolie rousse.
Il but une grande gorgée de vin et reprit
non... vous ne serez pas enfermé dans une tour, d'ivoire ou de pierre... je vous demanderais prudence, et de respecter et faire respecter les règls que je fais appliquer sur mes terres... si vous veniez à être ma femme, je désignerais un chevalier pour vous protéger et escorter, je ne suis.... pas en bon rapport avec le chambellan

Il baissa la tête, et caressa son oeil perdu discrètement.
je suis ravi de vous entendre dire que vous ne voulez pas être une de ses greluches prétentieuses qui se cache derrière la puissance de leurs époux, je n'ai jamais eu idée d'avoir une femme comme ça je vous avoues, quand à vos talents culinaires nous pourrons les comparer à tour de role zehahaha

Son épaule frole la mienne, son menton s'approche et laisse decouvrir son cou, le haut de son buste, j'ai envie de prendre sa bouche mais les formalités et les bones manières m'en empêche, malgré le somptueux repas mon estomac est coincé... noué de savoir qu'elle me filera peut etre entre les deux pour une autre lopette de seigneur, ca me fait grincer des dents mais calme mon tempérament explosif.

Blanche de Maurin, Seigneur de Maurin je vous remercie à nouveau pour cette entrevue et ce déroulement avec ce somptueux repas qui n'aurait pas put mieux me combler... Mon seigneur votre fille est somptueuse je ne pensais pas pouvoir être autant limité aux éloges que je pourrais lui faire, c'est une fille de très bonne famille, sans nul doute, mais malgré le fait que j'aimerais passer des heures en votre compagnie, je ne peux m'attarder trop longtemps sur vos terres, le temps de trajet est long et j'ai des serfs à qui je dois ordonner de nouvelles taches, et controler mes terres.

Je me lance tant pis si c'est apprécié du paternel ou non, je pose ma main sur la sienne, la serre légèrement mais intensément
je suis ravi d'avoir fait votre connaissance, quel que soit le choix de votre famille ce moment aura été un grand plaisir dont je n'aurais moi non plus pas eu idée avant de vous rencontrer.

Je pense avoir fait de mon mieux, je n'étais pas venu pour plaire, bien au contraire, et je me retrouve comme un jeune amoureux transit dont je trouve les actions ridicules mais elle m'hypnotise, ma main lache la sienne caresse sa joue en passant sous ses cheveux de feu
puisse que je vous revois un jour.... et pour toujours.

mon envie de l'embrasser est intense, ca brule en moi, j'ote ma main de cette joue si douce, et fini mon assiette avant de devoir me préparer à partir.
Revenir en haut
Blanche de Maurin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 17 Avr - 11:45 (2014)    Sujet du message: Une belle fille a marier Répondre en citant

Dans les jours qui suivit, plusieurs autres prétendants se présentèrent a mon père...
           -Messire Charles de Basscham, veuf, vieux, grand.. Il est arrivé en se faisant porter dans une couchette comme il ne pouvais même plus se porter sur ses jambes... Il était de l'Ouest également, mais sa seigneurie partait a vau-l'eau, et endetté jusqu'à son cou gras
              -Sire Jonas Mante, fils du Seigneur de Mante, du Nord, beau garçon, bien sur lui, poli, et tout ce qu'il faut. Mais tellement imbu de sa personne...Ces terres sont prospères mais il est quand même un concurrent plus ou moins direct de mon père, c'est a quitte ou double
                -Seigneur Jean Odier, un homme minuscule au regard lubrique et au manière peu distingué. Pourrais conclure de bon accords avec Père, mais j'ai entendu que plusieurs de ses servantes qu'il culbutait n’était pas revenu de leur nuit a ses coté...

           A la fin de la semaine, mon père me convia dans ses appartements. Il m'embrassa et m'invita a s’asseoir avec lui près de la fenêtre.
-Mon enfant, cette semaine a du te paraître longue, mais tu a admirablement fait ton devoir ma fille. Après avoir comparer les différents prétendants qui sont venu demander ta main, j'ai décidé d'éconduire Mesire de Basscham, qui ne m'apporterais aucun bénéfice, et le Seigneur Odier. Rien que l'idée de te voir avec cet homme tuerais ta pauvre mère sur l'instant.


           Que je fut soulagé ! J'aurais été anéanti de devoir me marié avec l'un d'entre eux. Il restait donc Le fils du seigneur Mante et le Seigneur de Montferrant.....
-Que pense tu du jeune Jonas ?
Gardant mon calme, je cherche les mots les plus juste pour faire passer mon sentiments a mon père
-Le Seigneur Jonas est une jeune homme tout a fait correct, de bonne famille, et élégant, mais j'ai peur que, sans vouloir être déplacé, si des tensions au niveau du commerce surviennent, la concurrence qu'il exerce sur le littoral nous porte préjudices et que son père se servent de ma dote pour mettre nos terre a mal.


               Il me regarda avec sérieux, considèrent chacun de mes mots. Je n’osais pas parler de Sire Sébastien, de peur que mes sentiments dépasse mes lèvres et que mon discours perde de crédibilité.s... Pourtant il était parfais, pour moi comme pour une alliance avec mon père.

Père m'embrassa le front et m'invita a ressortir sans un mot, un sourire discret aux lèvres. Je remontais donc, frileuse d'impatience dans ma chambre pour scruter a l’horizon les terres du Sud......

*Dans les appartement du Seigneur de Maurin :
Le seigneur alla a sa table, sortit un parchemin et commença a écrire
 
A Monseigneur de Montferrand,
Je suis ravie de vous annoncer que j'accepte votre demande en mariage a l’égard de ma fille, Blanche de Maurin.
Si votre demande est toujours sincère, je vous invite, vous et les gens de votre demeure, a venir celer cette union en ma maison.
Pour notre alliance, je vous assure soutient et aide en toute circonstance dans vos terres, que ce soit par le bétails, les cultures, ou les conflits politiques, je vous fait également don de trois de mes bateau de pécheur ….


Il continua a établir le contrat des noces, ferma la lettre la cacheta et la fit envoyer a la Seigneurie de Montferrand.*
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:36 (2017)    Sujet du message: Une belle fille a marier

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com