Royaumes des Supplices Index du Forum
 
 
 
Royaumes des Supplices Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Dies Tristis

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Madaleine Vassevière
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 4 Oct - 03:55 (2015)    Sujet du message: Dies Tristis Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Les jours de captivité étaient entourés d’un halo terne, ils semblaient recouverts d’une matière grise opaque et suffocante comme la cendre d’un volcan et avaient en commun de ne promettre aucun espoir. Madaleine regardait ses pieds fixement, comme elle l’avait fait quand on l’avait vendue, puis quand la caravane du marchand d’esclaves avait pris la route de la capitale sur des chemins poussiéreux qui avaient achevé d’encrasser ses haillons et de ternir ses cheveux. Elle s’obstinait à ne croiser le regard d’aucun passant, espérant ainsi ne pas être achetée. Car elle avait eu une chance inouïe la première fois, d’être acquise par l’épouse du chevalier de Vassevière, mais elle savait qu’elle n’aurait pas autant de chance la seconde fois.

Les principaux acheteurs pour les femmes esclaves étaient les maisons closes, il y avait aussi les tisserands qui exploitaient leurs esclaves jusqu’à épuisement et les nobles qui employaient des esclaves pour exécuter les tâches les plus difficiles et dégradantes. Cela ne lui laissait pas beaucoup d’espérance. La pensée qui la terrifiait le plus était ce qui pouvait lui arriver si elle devenait esclave sexuelle. Elle avait bien senti les regards se poser sur les ajours de ses haillons et se repaître des pans de peau à nue. A ce jour, tout ce qui la sauvait encore était l’avidité du marchand qui demandait pour elle un prix exubérant. Le fait qu’elle soit vierge et lettrée en faisait à ses yeux une perle rare à ne pas lâcher pour moins que la valeur de deux chevaux.

Et personne ne voudrait mettre une telle somme pour acheter une esclave, c’était tout bonnement du délire ! D’autant qu’elle était crasseuse, qu’on ne reconnaissait plus la couleur exacte de ses cheveux sous la poussière et qu’elle avait l’air profondément abattue. Le marchand avait bien tenté de la forcer à sourire aux potentiels clients mais il ne pouvait pas la battre de peur de marquer sa peau ce qui aurait diminuer sa valeur, et la priver d’eau ou de nourriture n’avait eu aucun autre effet que de l’affaiblir et de la rendre moins intéressante encore aux yeux des clients, et il avait vite cessé.

Mais Madaleine avait conscience que son obstination à se rendre inintéressante ne fonctionnerait pas longtemps. Dès que le marchand accepterait de négocier avec un acheteur et de revoir son prix à la baisse, elle serait emmenée par un étranger vers un destin sans doute bien sombre. Et l’esclavagiste venait justement de s’approcher d’un potentiel acheteur pour lui proposer « sa perle rare ». 
 


<link href='https://fonts.googleapis.com/css?family=Fondamento' rel='stylesheet' type='text/css'>
 
Revenir en haut
Irogenia Tyrell
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2014
Messages: 69
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: fief de Salägnur
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Dim 4 Oct - 16:38 (2015)    Sujet du message: Dies Tristis Répondre en citant

Astrid rageait, cette petite esclave lui était passée sous le nez. Les enchères étaient montées à un tel point qu’elle n’avait pu suivre et c’était un autre qui avait acquis l’objet de sa convoitise. Si encore cela avait été pour elle, peut-être aurait-elle continué encore un peu dans l’espoir que son adversaire se lasse mais elle cherchait un cadeau de mariage pour l’épouse de son ami Hymir, elle ne souhaitait donc pas se ruiner.
Toujours accompagnée de Rolf son garde, elle poursuivait son chemin sur le marché, à la recherche d’un lot de consolation. Malheureusement les plus belles pièces étaient probablement déjà vendues. Elle ne connaissait pas cette Irogenia qui avait épousé son ami mais elle comptait bien lui offrir un cadeau correct. Si Hymir l’avait épousée c’est qu’elle valait quelque chose, le seigneur de Salägnur n’étant pas du genre à s’encombrer d’une femme juste pour ses beaux yeux. Il fallait donc trouver une esclave qui sorte du lot, une esclave digne d’une seigneur du nord.

La jeune femme avait beau regarder les étalages, elle ne voyait rien qui lui plaisait. Il faudrait revenir… La peste soit de ce maudit marchand qui avait acheté l’objet de son désir. C’est alors qu’un homme s’approcha d’elle, voulant visiblement lui proposer l’une de ses marchandises. C’était monnaie courante d’aller démarcher le client, tous les vendeurs ne pouvant se permettre le luxe d’une estrade pour vendre leurs esclaves aux enchères. Et tous les esclaves ne valaient pas la peine d’être exposés sur une estrade.
Certaines affaires se concluaient simplement entre un marchand et un client unique. Mais lorsque le marchand avait vraiment une perle à proposer, il était rare qu’il procède ainsi, espérant toujours que les prix s’envolent au cours d’enchères.
Le toisant, Astrid se demanda ce qu’il allait bien pouvoir lui proposer. Lui-même ne payait pas franchement de mine, mais elle prit la décision d’écouter ce qu’il avait à dire.

Astrid était une jolie blonde mesurant un bon mètre soixante quinze. Ses traits bien que fins étaient marqués par une vie de combats. Preuve en était cette cicatrice qui courait de sa tempe droite au coin de ses lèvres, venant comme souligner l’un de ses yeux bleus. Elle était vêtue d’une tunique assez simple mais faite d’un tissu pourpre de qualité, aux manches courtes laissant voir des bras musclés sans exagération. Par-dessus sa tunique elle portait un plastron de cuir, elle portait également des canons d’avant-bras, ainsi que des jambières assorties, sanglées sur ses bottes, dans lesquelles était enfoncé un pantalon fait pour chevaucher, résistant, fait de cuir brun. Enfin à son côté pendait du baudrier qu’elle portait en bandoulière une épée, sécurisée contre sa hanche par une ceinture. Tout chez elle respirait le côté pratique sans pour autant se détacher d’un certain luxe. Elle était une guerrière possédant un statut élevé chez elle. Les seuls éléments de pseudo coquetterie qu’elle se permettait étaient un bracelet de métal et un torque à têtes de chats.

Écoutant ce que le marchand avait à dire, la jeune femme regarda dans la direction qu’il lui indiquait pour voir cette fameuse esclave qu’il voulait lui vendre. La pauvre petite était vêtue de aillons, crasseuse et semblait absente. Astrid se surprit à se demander si sous la couche de crasse elle pouvait trouver quelque joyau ? A ne la regarder que brièvement, elle n’avait rien d’intéressant, restait à voir de plus près.
***********************
Irogenia de Salägnur, seigneur des terres du même nom et veuve du regretté Hymir de Salägnur

"Vous reprendrez bien un peu de rose avec votre licorne arc-en-ciel Irogenia chou ?" [Olivier Komnenos]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:34 (2017)    Sujet du message: Dies Tristis

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Administration -> Poubelle Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com