Royaumes des Supplices Index du Forum
 
 
 
Royaumes des Supplices Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

In sarmiento Veritas

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Seigneurie -> Seigneurie du Sud -> Baltazard De Rochefouque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Artemia de Sarmiento
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2014
Messages: 227
Statut hiérachique: Seigneur
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Jan - 07:26 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
"Baltazard"...Un murmure dans la nuit noire, une plainte dans le néant et un soupir de désillusion alors que sa tête roula sur le coté, son nez s'enfonçant dans la paille piquant la peau fine de son visage. Il existe peut être réveil plus doux, mais c'est ainsi que se réveilla la grande dame de Sarmiento, au moins la paille était propre, à quelques centimètres cela aurait été le purin.

Se redressant, elle frissonna légèrement, sa tignasse brune ébouriffée et truffée de cette paille la faisant ressembler à une fille de ferme.

"Maudit soit cette terre et tous les batards qu'elle engendre !" La dame de Sarmiento (ou de Rochefouque, à vous de voir.) N'était pas d'excellente humeur. Qui l'eut été de toute manière, de passer de dame à fermière en aussi peu de temps ? D'ailleurs comment en était elle arrivée là ?

Un souffle agacé, elle fit voler une mèche de cheveux rebelle devant ses yeux puis serra les poings tout en tapant avec rage la paille autour d'elle.

"Voilà qui m'apprendra à croire un homme !" Où était passé Baltazard ? Comment avaient ils été séparés après leur fuite ? Elle ne savait pas trop, il avait juste fallut une foule pour que leur chemin se sépare. Où était il ?

"Certainement avec une grue gloussante dans un recoin de son manoir de me..." Sa phrase s'arrêta là alors que ses grands yeux verts se posaient sur son compagnon de route qui la regardait avec un sourire idiot qu'elle lui aurait bien fait ravalé, mais il avait un argument de poids pour arrêter la main vengeresse d'Artemia...Une miche de pain encore fumante de la chaleur du four entre ses doigts fins.

"Mange et arrête de ruminer, on a encore du chemin et des patelins à visiter."
Lui intima t'il tout en la regardant se jeter sur le pain avec appétit.

"Tant de belles bourses à vider sur le chemin !" La voix de la gitane résonna dans la pénombre du fond de la grange. Cela arracha à Artemia un sourire. Huguette avait beau laisser sa peau tanner au soleil et jouer les devineresse, ses magnifiques yeux bleus trahissaient une toute autre origine que gitane.

"Je nous prédit un bon repas chaud pour se soir et surtout un lit douillet !" Elle glissa vers Artemia et l'enveloppa de ses bras tout en prenant délicatement sa main dans la sienne.

"Il est riche tu es pauvre, il est laid, tu es belle, il sera le dindon de la farce et toi la garce qui profitera de son lit !" Artemia se mit à glousser tout en haussant de épaules.

"Je sais que je me dois de payer le voyage et votre compagnie, mais ce n'est pas ainsi que je souhaite vous payer." Avec une moue d'excuses ampli de cette grandeur qui faisait d'elle la dame de Sarmiento (ou de Rochefouque, à vous de voir), Artemia se releva tout en époussetant sa robe ou tout du moins ce qu'il en restait.

"J'oubliais que t'étais une dame ! Milles excuses !" Huguette esquissa une révérence tout en tirant la langue, suivie par Gaspard qui y rajouta son rire bon enfant.

"Va quand même falloir aider et payer ton gite ma belle." Artemia reçu une tape sur le derrière qui la fit sursauter.

"Ce serait dommage de juste t'asseoir sur un si joli petit croupion, une mine d'or, juste ferme comme ils aiment." Artemia en fit une moue écœurée.

"Je suis certaine que tu sais en jouer." La jeune femme se mit à remuer du derrière tout en envoyant des baisers et des œillades à Gaspard qui jouait les seigneurs outré, un petit doigt au coin des lèvres.

"Vous ne comprenez pas, je veux juste..."

"Ouinnn, ouinnnn, je veux rentrer chez moi, ses bras me manquent, ses lèvres...Son..." Huguette ne cessait de mimer des gestes obscènes, s'arrêtant net avant de prononcer le dernier mot, mais espaçant ses mains de quelques centimètres avant de rire comme une oie.

"Tu veux que je te dise ma belle ? Il ne pense déjà plus à toi, t'es quoi à ses yeux ? Si tu lui manquait tellement, on verrait d'ici les nuages de poussières soulevés par ses hordes de guerriers qu'il aurait fait remuer ciel et terre pour te rechercher ! A t'ont croisé la moindre personne recherchant une dame ? Bah non, on a croisé personne, il t'as oublié, oublie le !" Elle prit Artemia par la taille et essuya une larme de sa joue du revers de sa manche.

"T'es avec nous maintenant ma belle, oublie et refait toi une vie." Elle posa sur son front un baiser sonnant et se rendit prêt de la porte.

"On lève le camp, tu devrais te débarbouiller un peu dans l'abreuvoir avant qu'on parte." Un clin d'œil lancé et les 2 saltimbanques disparurent laissant la jeune Artemia seule à sa réflexion.

Elle n'avait pas tord, si Baltazard avait vraiment voulu la trouver, il aurait pu aisément le faire. Un soupir et elle allait s'asperger d'eau frâiche, grelotant sous cette caresse glacée.

Elle changerait de destination, ses pas la guideraient dés cette nuit vers Sarmiento, laissant derrière elle Rochefouque à jamais. Mais comment ferait elle pour fausser compagnie à ses saltimbanques ? Comment survivrait elle jusque là seule et démunie ?

Un autre soupir.

Et si elle se trompait, si fout d'inquiétude il se morfondait ou si, comme elle, il était perdu ?

Un pas de plus, un pas de trop et douloureusement elle se rappela les chaînes à son pieds, trébuchant, elle tomba de tout son long dans l'abreuvoir, aspergeant le voleur du clan qu'elle n'avait pas entendu se rapprocher.

Il la repêcha pour la jeter trempée sur son épaule.

"Pas bon de trop réfléchir." Maugréa t'il tout en la reposant à terre en dehors de la grange et tirant sur la chaine pour la faire avancer.
Revenir en haut
Artemia de Sarmiento
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2014
Messages: 227
Statut hiérachique: Seigneur
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 7 Mar - 05:03 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

*Pas bon de trop réfléchir pas bon...* Pestait intérieurement la jeune femme alors qu'elle avançait d'un pas trainant et trainé par son geôlier. Après quelques heures, la petite troupe de saltimbanques arriva dans un petit village qui humait la fumée de cheminée et le crottin. Les chemins boueux arboraient de larges sillons laissés par les charrettes.

"Hoyo !!! Poussez vous ! Vindiou !"

Artémia eu tout juste le temps de sauter de l'autre coté du talus pour ne pas être écrasée sous les roues d'une chariote bringuebalante conduite par un paysan empressé certainement d'être le premier à choisir son emplacement d'étale. Car à bien regarder de plus prêt, ce devait être jour de marché.

Les rues boueuses pullulaient déjà d'une foule joyeuse et afférée chargée de paniers vides.

Où étaient ils ? A vrai dire Artémia s'en foutait, c'était encore un de ces hameaux inconnus et puants. Était elle sur les terres de Rochefouques ? Peut etre ou pet etre pas...Tout ce qu'elle savait c'est que déjà son estomac gargouillait et cela fit sourire le voleur qui la détacha à l'abris d'un muret.

"Tu sais ce que t'as à faire. On se retrouve à l'auberge. Y'en a qu'une et si t'es pas à l'heure tu sais ce qui t'attendras !" Il eut un sourire carnassier tout en la dévisageant de pied en cape avant de disparaitre sans attendre la réaction de l 'ancienne seigneure...Qui lui tira la langue dans une grimace puérile dont elle avait le secret.

"On fait comme d'habitude ma belle, on ne se connait pas, on dévalise, on ripaille et on se tire !" Lui tapa dans le dos une Huguette déjà emmitouflée dans ses foulard de soie crasseux, prête à jouer les diseuse de bonne aventure pour un sous la prédiction.

Gaspard la suivit, laissant là, seule, la dame de Sarmiento, les bras ballants.

Soupirant, elle essaya de reprendre de sa superbe et de marcher l'air de rien, ses grands yeux verts se baladant d'un passant à l'autre, espérant peut être y trouver des traits connus ou tout simplement un moyen de s'échapper.

Après un autre long soupir, elle décida que le meilleur moyen de continuer à survivre dans ce merdier qu'était devenu sa vie, était de simplement se jeter dans la gueule du loup et se faire réellement une place dans cette petite équipe qui survivait tant bien que mal en écument les terres à la recherche de maigres butins.

La petite équipe, composée initialement de deux gredins et d'une ancienne catin, était bien connue pour ses méfaits et recherchée par bien des gardes. Ce qu'ignorait totalement la candide Artémia. Malgré les plaintes à leur encontre, ils n'avaient jamais été prit ou inquiété, se déplaçant malicieusement et rapidement de royaumes en royaumes.

C'est donc sans savoir cela qu'elle s'engouffra dans une salle d'étuves afin de se laver (Oh ! la douce caresse de l'eau et du savon !) et mettre un peu d'ordre dans sa tenue...Enfin tout du moins en en "empruntant" une autre au détour d'un banc où étaient déposés les vêtements des dames venues elles aussi profiter des vertues de l'eau.

Si elle devait envouter les clients de l'auberge, autant mettre toutes les armes possibles de son coté et c'est ce qu'elle fit, en sortant de là, parfumée et fardée ainsi qu'habillée d'une manière assez provocante, qui lui rappela la robe qu'elle avait osée arborée à la soirée de rencontre avec son futur époux.

Le soleil commençait déjà à décliner lorsqu'elle sortie des termes, pressant le pas, la boule à l'estomac de se savoir en retard. Elle pénétra dans l'auberge sans vérifier qui y était réellement. Si elle l'avait fait, peut être aurait elle vu les gens de la garde vêtue aux couleurs de Rochefouque, mais elle ne le fit pas, se glissant trop rapidement dans la salle, manquant renverser une serveuse aux bras chargés de chopines remplies.

Dans un coin, le voleur lui adressa un sourire mauvais, Huguette attablée avec un bourgeois engoncé dans ses vêtements riches de pierreries, lui tenait la main parcourant les différentes lignes de vie et aux aguets, Gaspards surveillait la salle prêt de la cheminée.

La jeune femme resta plantée au milieu de la vaste salle où valsait des fumets savoureux. Elle ne savait que faire et était pétrifiée. Ses longes cheveux châtains roux semblant danser dans la lueur des flammes de l'immense cheminée, comme l'avertissant de la damnation qui l'attendait si elle était prise à voler. Mais avait elle le choix ?

Timidement, elle esquissa un pas de danse sous la musique imaginaire d'un troubadour fantomatique. Lentement elle en entama un deuxième, puis son corps comme mué par une force inconnue, se mit à virevolter et se contorsionner agréablement pour entamer une danse lascive et envoutante, aussitôt suivie par les sifflets d'admiration de certains clients ainsi que le tempo de leurs mains frappants de plus en plus rapidement pour la lancer dans une danse frénétique les hypnotisant afin de laisser le voleur aux doigts agiles les soulager de quelques bourses bien remplies sans qu'ils s'en rendent comptent.

Artémia ne pensait plus à rien, préférant fermer ses grands yeux verts pour ne pas voir les sourires pervers, les regards envieux et surtout le visage ravi du voleur.
Revenir en haut
Baltazard De Rochefouque
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2014
Messages: 245
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: seigneurie du Sud
Sexe: Masculin
Servant de qui :: La Reine
Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Mar 7 Mar - 07:17 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

Les pas des habiles bandits de grands chemins les avaient menaient effectivement sur les terres du Seigneur de Rochefouque, autrefois appelé le "Seigneur Fier", à présent surnommé le "Seigneur Noir" suite aux conséquences de la perte tragique de son épouse. le groupe s'était donc rendu dans un hameau comme il en existait beaucoup et qui vivait principalement de l'exploitation des vignes avoisinantes. Il y faisait bon vivre en temps normal, mais ses dernières semaines, la levée de nouvelles taxes se faisaient sentir. Lorsque Baltazard sombra dans sa personnalité la plus noire, ses réactions pouvaient être "saignante" auprès de son peuple car il ne voulait être le seul à sentir la douleur d'une plaie qui ne cicatrisait pas, son peuple partagerait sa douleur.


Les patrouilles du Seigneur se faisaient d'ailleurs beaucoup plus présentes au quatre coins du domaine et ils y faisaient régner à présent un Ordre bien plus strict. Ce soir là, dans la taverne où le groupe avaient posé ses valises pour usé de leur sournoiseries afin de se remplir les bourses, 4 sentinelles y avaient posé le fesses, arborant fièrement les armoiries de leur Seigneur. Pintes à la main, ils ne semblaient nullement attirer l'intérêts des clients qui connaissaient les nouveaux pouvoir octroyé par le Seigneur de Rochefouque en personne à ses soldats. Même s'ils n'avaient pas tout pouvoir, ils possédaient des droits bien plus nombreux qu'auparavant et pouvaient juger et rendre sentence sur place sans l'assentiment de leur Seigneur et maître, ce que les groupes d'étrangers ne savaient guère, contrairement aux habitants maintenant habitué à raser les murs lorsqu'ils apercevaient ces hommes d'armes.


Lorsque la jolie inconnue fit irruption, les soldats ne la remarquèrent pas, mais très vite leurs regards se portèrent sur la jeune femme lorsqu'elle se mit à danser lascivement et de manière envoûtante. Nombre de regard se portèrent sur sa personne d'ailleurs. Bien sûre, les hommes à la solde de Baltazard semblaient suffisamment distrait pour ne pas voir les voleurs se mettre en actions. Eugène, le plus vieux des quatres, plissa subitement étrangement les yeux, donnant du coude à l'un de ses compagnon, Herald avant de lui murmurer quelque chose à l'oreille.


- Hey... cette tête me dit quelque chose...


Son interlocuteur sourcila avant de porter plus attentivement son regard sur la jeune femme en pleine exercice de son corps.


- Att... non? Tu crois que... impossible! Elle est morte??!!


Herald sorti alors de leurs rêveries les 2 autres sentinelles qui fixèrent à leur tour la jeune femme. Les 4 hommes échangèrent alors des regards incréduble! Venaient-ils de voir un fantôme? Tous les 4 posèrent leur choppe et se relevèrent à l'unisson, main sur la garde de leur épée pour s'approcher de la danseuse... ce mouvement allait certainement alerter la vigilance des voleurs.

- Hey vous!

Herald désignant la jeune femme qui n'était autre qu'Artémia mais dont l’identité n'avait pas encore été vérifiée.

***********************
Revenir en haut
Artemia de Sarmiento
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2014
Messages: 227
Statut hiérachique: Seigneur
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 14 Mar - 05:01 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

La magie de la danse tourbillonnante d'Artémia sembla figer l'instant du SOS de détresse lancé par ses grands yeux verts au garde qui, maintenant elle n'en doutait plus, appartenait à son seigneur adoré.
Sa respiration se fit plus affolée alors que Kristof, le voleur, qui avait suivi la scène et à qui rien n'échappait, lui saisit le bras pour la tirer dans la foule à une vitesse vertigineuse.
Elle n'eut pas le temps de crier ni d'implorer, sentant le sol s'évaporer sous ses pieds elle ne put que se laisser trainer telle une poupée de chiffon pour se retrouver en dehors de la taverne comme par enchantement.
D'ailleurs c'est toute la petite troupe de voleurs qui se retrouva à l'extérieur, fuyant cette garde aux couleurs du royaume de Rochefouque.

"On met les voiles !" se mit à rire Huguette tout en relevant ses jupons pour aller plus vite.

Ils s'échangèrent les bourses à la volée tout en continuant de courir, traversant les ruelles boueuses et puantes, se mêlant à la foule. Artémia essaya de se débattre mais sans succès, la poigne de Kristof bien trop forte sur son bras...Et puis à quoi bon ?

Que se passerait il si la garde les rattrapait ? Elle finirait certainement au gibet avec ses comparses avec comme tout semblant de procès la foule haineuse réclamant son lot de sang.

Elle frissonna puis arrêta de lutter, se mettant à courir elle aussi. Ne sachant trop où cette course les menaient. Huguette avait certainement raison, Baltazard l'avait oubliée et devait être dans d'autres bras, de cela elle ne doutait guère.

Un rictus désabusé et le souffle coupé, elle se sentit plaquée au sol.

"arrête de courir, c'est bon, on les a semé !" Lui aboya Kristof tout en se relevant pour lui permettre de reprendre son souffle. Il lui tendit une main pour l'aider à se redresser.

Artémia regarda autour d'elle, ils avaient quitté le village pour se retrouver au milieu d'une petite clairière. Huguette s'afférait déjà à préparer du petit bois et Gaspard comptait les pièces de leur larcin tout en sifflant.

"Vinzou ! On a jamais fait autant ! SI j'avais du vin, je le lèverai à la santé de notre petite rouquine !" S'amusa t'il entre deux sifflement de bonheur.

"Je ne suis pas rousse !"
Maugréa Artémia tout en époussetant sa robe de quelques brins d'herbe.

"On se fout de la couleur tant qu'on a le beurre !" Se mit à rire Kristof tout en la faisant sursauter d'une claque sur son séant. Il l'embrassa bruyamment sur la joue qu'elle essuya aussitôt de dégout.

"Il devait pas s'ennuyer ton seigneur vu le spectacle que t'as donné..." Il se mit à rouler des hanches graveleusement tout en lui lançant des baisers hilares et papillonnant des yeux telle une jouvencelle.

"Visiblement si, puisqu'il l'a oublié..." Lança Huguette avec un air faussement attristé.

Artémia haussa des épaules puis se laissa retomber dans l'herbe à genoux, se soumettant à ce nouveau destin, ne sachant plus qui ou que croire, quelque peu perdue.

Elle resserra ses bras sur elle pour se protéger du froid de la nuit tombée et se rassurer quelque peu, elle ne pouvait plus dorénavant que compter sur elle et devait laisser de coté sa fierté.

"Baltazar..." Murmura t'elle comme pour retrouver un peu d'air et d'espoir.

"Un jour c'est mon nom que tu murmurera dans le noir." Lui susurra Kristof à l'oreille tout en déposant une couverture de peau élimée sur ses épaules et lui tendant une gourde de gnole infecte.

"Vas y, bois et oublie, il ne te reste plus que ça." Il lui sourit doucement avant d'aller aider Huguette à allumer le feu.
Revenir en haut
Baltazard De Rochefouque
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2014
Messages: 245
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: seigneurie du Sud
Sexe: Masculin
Servant de qui :: La Reine
Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Mar 14 Mar - 08:18 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

Non ce n'était clairement pas un mirage ou une hallucination dû à la consommation d'alcool. Les gardes aux armoiries du Seigneur de Rochefouque n'avaient pas rêvé en reconnaissant l'ancienne épouse de leur Maître. Malheureusement pour eux, la jeune femme au regard émeraude leur échappa de justesse alors que la taverne semblait s'embraser dans une cohue pas possible. Les soldats fouillèrent les lieux sans retrouver traces d'Artémia et leurs recherches à l'extérieur eurent le même résultat, "choux blanc". Se regroupant, ils échangèrent des regards indécis, que faire? Garder ce secret ou en avertir leur Seigneur? Prit de peur de subir le courroux de Baltazard si il venait à découvrir un jour leur mensonge, ils n'attendirent pas que l'aube se lève pour récupérer leur monture et filer au galop jusqu'au château.

Leurs sabots firent un vacarme sur les pavés de la cours intérieur alors que minuit était déjà passé et que la forteresse s'était rendu silencieuse de toute vie humaine. Hérald, à la tête du groupe n'attendit pas de mettre pied à terre pour beugler à la sentinelle qui veillait à la sécurité de l'immense double porte.

- REVEILLEZ LE SEIGNEUR DE ROCHEFOUQUE SEANCE TENANTE! LE CAPITAINE HERALD DE SOMBRELANDE A UNE INFORMATION A LUI TRANSMETTRE QUI NE EUT ATTENDRE!!!!

L'homme s'exécuta, conscient pourtant que déranger son Seigneur en plein sommeil pouvait lui causer préjudice. Il fila vers les appartements de Baltazard frappant du poing à sa porte, brisant l'un des énième cauchemar qui hantait les nuits de ce derniers depuis plusieurs semaines maintenant. l'homme d'arme en fut bon pour recevoir un accueil des plus froid avant que le Seigneur, se drapant de braies à la hâte ne rejoigne le salon où attendait Herald et ses subalternes.

- Qui a-t-il??? Gronda-t-il.

Herald s'inclina bien bas tout en répondant sans laisser place au crainte de se faire punir pour l'avoir réveiller.

- Messir... Dame Artémia n'est pas morte... Nous l'avons vu fuir avec une bande de brigand.

- Co... COMMENT!!!??? Les yeux écarquillés, cette révélation le sonna avant qu'il ne se mette dans une colère noire.

- Vous l'avez laissé fuir bande d'incapable!!!

De rage, il attrapa l'épée d'Herald à son fourreau et dans un excès de colère, décapita non pas Hérald mais la plus jeune des recrue. La tête roula au sol alors que les 3 survivant déglutirent difficilement sans bouger. Baltazard lâcha l'épée et redressa Herald, le saisissant par le col de sa tunique.

- Qu'on sécurise TOUTES les frontières! Je veux que le domaine soit fouillé de fond en comble, SANS ATTENDRE L'AUBE!!!! Je veux que tous les soldats en faction dans les casernes soient réquisitionnés! VOUS ME TRETROUVEZ ARTEMIA!!!!!!!!!! OU JE VOUS DÉCAPITE TOUS SANS EXCEPTION L'UN APRES L'AUTRE... Jusqu'à assouvir ma déception...

Sans rien prononcer d'autre, il disparut pour trouver refuge dans le donjon des ombres, il l'avait renommé ainsi dernièrement.

Ainsi, en pleine nuit les caserne se vidèrent, les messagers parcoururent le domaine et bientot des milliers de lanternes et de torches brillèrent dans la nuit, la traque était lancée avec des moyens presque inimaginable.

***********************
Revenir en haut
Artemia de Sarmiento
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2014
Messages: 227
Statut hiérachique: Seigneur
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 14 Mar - 09:03 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

Par tous les dieux et demi dieux ! Que c'était beau toutes ses lumières scintillantes au loin sur les flanc de collines ! De jolies flammèches dansant en ronde ! Artémia souriait à pleine dents, l'index tendu en essayant de les toucher tout en les comptant. Oui, Artémia était complétement pétée, saoul, enivrée...Trainant la gourde vide derrière elle, titubant alors que les flammes des torches au loin scintillaient dans son regard.

"Y'a une fête !"S'exclama t'elle avant de se mettre à rire sans vraiment de raison, réveillant par la même ses comparses.

"T'aurais pas dû lui donner la piquette !" Grommela Gaspard tout en se tortillant sous sa couverture de fourrure pour se rendormir.

"Shuuut ! Vous allez les faire fuir !" Se mit à rire la dame de Sarmiento tout en continuant de tituber pour rejoindre les lumières.

"J'pouvais pas savoir qu'elle la finirait !" Renchérit Kristof avec une voix endormie avant de pousser sa couverture pour aller chercher la captive pour la ramener vers le campement.

"Par Thor ! Elle est passée où ?" Prenant une branche dans les flammes, il en éclaira la clairière, mais plus aucune trace de la demoiselle.

"Va m'le payer !" Rajustant ses braies, il s'enfonça dans la futaie pour suivre les traces d'Artémia jusqu'à la retrouver dans l'étang.

"C'est pas une heure pour le bain, sort de là ! Si je dois aller te chercher !!! Après tout, pourquoi pas..." Termina t'il tout en regardant le tas de vêtement à ses pieds avant que, par le plus grand des hasard, son regard se porte alors sur la colline où les gardes, torche au poing, fouillaient la campagne.

"Fichtre dieu !" Sans retirer ses cuissardes, il sauta dans l'étang pour se saisir de la dame qui lui échappa tel un esturgeon rieur.

"Encore un peu ! C'est si joli !" Se renfrogna Artémia tout en disparaissant dans l'eau dans un rire sonore.

"Tu sors ! Tu te rhabille et tu sors !" S'égosilla Gaspard tout en essayant de la rattraper. Mais la bougresse était rapide malgré son état et avait décidé de ne pas obéir. Si Kristof l'avait connue un peu mieux, il n'en aurait pas été étonné.

"Tu SORS !!!!!!!!!" Lui hurla t'il cette fois alors que des gardes arrivaient sur la rive opposée. Ils levèrent aussitôt leurs flambeaux vers la surface de l'étang pour vérifier d'où provenaient les cris au moment même où Kristof atteignait Artémia.

"J'ai pas env...." Il lui enfonça la tête dans l'eau afin qu'ils ne soient pas repérés, mais peine perdue, la dame de Sarmiento se mit à s'agiter tel un poisson prit dans les filets pour se défaire de son étreinte. Elle finit par se défaire et refaire surface, haletante. Il faut dire qu'elle avait bu une pleine gorgée d'eau boueuse.

"Ufff...Uffff..." Toussa t'elle et cracha t'elle tout en essayant de regagner la rive avant Kristof. C'est en finissant par ramper sur la terre qu'elle finit son immersion, se retrouvant nez à nez avec une paire de bottes en cuir noir.

Elle les tata, comme pour s'assurer qu'ils étaient vrais, puis releva son regard goguenard vers le propriétaire des souliers, dont le visage était caché par la luminosité des flammes.

"T'as fait vite Kristof ! T'étais pourtant derrière !" Se mit elle à rire tout en se recouchant dans la terre trempée, assommée par l'alcool.

Kristof était bien derrière, tombant à genoux dans l'eau de la rive, les bras en l'air en signe de reddition.

"Nous ne sommes que des troubadours de passage, messieurs." Tenta t'il tout en souhaitant éviter le combat avec les hommes en armes encerclant l'étang, bien trop nombreux. Il espéra juste que Huguette et Gaspard avaient eut le temps de se cacher.
Revenir en haut
Baltazard De Rochefouque
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2014
Messages: 245
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: seigneurie du Sud
Sexe: Masculin
Servant de qui :: La Reine
Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Mar 14 Mar - 09:49 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

C'est à l'aube qu'une cavalerie déboula finalement au Château du Seigneur de Rochefouque. Une vingtaine de chevaux montés par de puissants hommes armés, à leur tête, Hérald, le regard levé, fier et conscient d'échapper à sa propre exécution programmée s'il ne revenait pas avec la dame de Sarmiento.

Le contingent prit position dans la cours alors que les rayons du soleil semblaient difficilement percer les nuages gris qui avaient envahi le domaine depuis quelques semaines déjà. Baltazard qui avait passé une nuit blanche, reclus dans sa tour ténébreuse venait d'être informé du retour d'une de ses troupes et c'est le coeur battant qu'il dévala les escaliers, risquant à chaque virage de tomber, pour sortir de sa demeure dans une magistrale ouverture de porte qu'on en décrivait que dans les livres de légende.

Herald et toute la troupe s'inclinèrent, le genou gauche à terre, la mai sur le coeur. Baltazard les ignoraient presque, cherchant du regard son ex épouse qui avait été consigné dans un carosse. Huguette et Kristof avaient été prit captif, enchaîné à l'arrière du véhicule, mais Gaspard avait eut le temps de fuir. Herald se releva pour venir glisser quelques murmures à son Seigneur resté sur le parvis.

- Seigneur, nous l'avons retrouvé... ivre... en compagnie de bandits.

Avec une froideur à en faire frissonner n'importe quel preux chevalier, Baltazard déclara.

- Qu'on m'amène Artémia! Et que ces deux larrons me soient présentés à genou! EXECUTION!!!

On sorti du carosse la demoiselle au profond regard émeraude encore sous les effets de l'alcool. Elle avait piètre mine, ce qui fit grimacer Baltazard pourtant bien heureux de la retrouvé mais avec qui il devait régler quelques comptes. Les deux voleurs furent ensuite forcé à s'agenouiller devant lui. Le Seigneur de Rochefouque palpait le pommeau de son épée encore chaudement installée dans son fourreau. Le menton relevé, plein d'arrogance, il reprit la parole devant l'assemblée de militaire.

- JE VEUX TOUT SAVOIR!!!! ... avant que je vous libère de votre triste vie...

On amenait Artémia à quelque mètres du Seigneur pour qu'elle assiste à la scène dont l'issu semblait évidente.

***********************
Revenir en haut
Artemia de Sarmiento
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2014
Messages: 227
Statut hiérachique: Seigneur
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mer 15 Mar - 05:17 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

Artémia marchait sur du coton, complétement imbibée par les vapeurs de l'alcool, elle ne cessait de rire et ne comprenait à vrai dire pas grand chose à ce qui se passait. Elle ne se rendit d'ailleurs compte de la présence de Baltazard que lorsqu'il se mit à crier.

Se bouchant les oreilles, elle pencha la tête pour mieux le contempler puis plaqua son index sur les lèvres du seigneur.

"Moins fort ! Faut pas crier, ça fait échos et ils n'obéiront pas plus !" Elle retira son doigt, fit une révérence des plus maladroite, manquant se prendre les pieds dans les jupons de sa robe trempée par ses cheveux dégoulinants encore de l'eau de l'étang, puis tourna le dos, avant de regarder les deux acolytes agenouillés et leur faire une grimace amusée.

"Alors on fait moins les malins !" Leur lança telle tout en essayant de garder son équilibre, ses mains posées sur ses fines hanches.
"Vous avez intérêt à obéir, sinon..." Elle posa sa main sur le pommeau de l'épée de Baltazard, repoussant doucement les doigts du seigneur avant de venir s'agenouiller devant Kristof.

"Alors t'as intérêt d'obéir, il veut tout savoir !" Elle se mit à rire, arrachant à Kristof un sourire nerveux.

"Met d'avis qu'il y a certaines choses que tu devrais pas dire." Pouffa t'elle comme une sale gosse. Se rapprochant de son oreille et portant sa main pour cacher ses lèvres, elle continua sur un ton qui aurait voulu être discret mais qui, vu son état d'ébriété, était audible par tous.

"T'as qu'à dire qu'on se connait pas, que c'est un malentendu, j'oublie la grange et les chaines et comme ça on va tous se coucher !"
Elle hocha de la tête tout en éloignant son visage.

"Parle pas de la piquette surtout ! C'est un affront que de boire une si mauvaise liqueur quand ce seigneur (elle pointa Baltazard du doigt) fait de si bon vins !"Termina t'elle tout en essayant de se relever.

"C'était donc vrai !" Lança tristement Huguette, des larmes dans le regard. "T'es vraiment la femme d'un seigneur !"

Artémia plissa des yeux et essaya de remettre un peu d'ordre dans sa tenue plutôt légère de fille de joie avant de se rapprocher d'Huguette en passant une main devant son visage pour chasser cette idée saugrenue.

"Moi ? Sa femme ?" Un rire moqueur elle tapa sur l'épaule d'Huguette.
"Non...Enfin si..." Elle tourna un regard inquisiteur vers Baltazard "Peut être ?"
Levant les bras au ciel avant des les rabaisser rapidement et de se remettre à rire, les yeux pétillant de cette alcool trop fort, elle se pencha vers Huguette.

"J'en sais rien, je sais plus, je crois bien que t'avais raison...Puis avec ce mal de tête, j'arrive plus à réfléchir...La lune est magnifique !" Elle se mit à s'extasier sur le reflet de la lune sur le heaume d'un des soldats, oubliant complétement la scéne qui se déroulait.

"Monseigneur..." Déglutit Kristof alors qu'Huguette pleurait à chaude larmes.
"Nous ne sommes que de pauvres va nus pieds qui survivons de petits larcins. Nous, nous ne savions pas..." Il dodelina de la tête tout en baissant son regard d'acier.

"Nous n'aurions pas dû venir sur vos terres, je...Enfin, nous...Nous aurions ramené dame Artémia si elle en avait exprimé l'envie, mais..."

"Menteur !"
Le coupa Artémia tout en venant s'accroupir devant lui et lui pointer le bout du nez avec son index dans un geste aussi enfantin qu'amusé.

La jeune femme aux yeux verts se prostra dans la même position que ses comparses, à genoux et fixa Baltazard.

"Quand vous m'avez abandonnée, ils m'ont recueilli et forcée à participer à leurs larcins....Je ne savais pas si je voulais revenir..." Elle se mit à pleurer doucement, cachant son désarroi dans ses mains glacées.

"Pourquoi se fait on tant de mal Baltazard ?" Elle se releva avec cette prudence de pilier de taverne puis se fraya un chemin parmi la garde pour rejoindre un escalier sur lequel elle prit place, le visage entre ses mains, ne souhaitant certainement pas savoir ce qui allait suivre.
Revenir en haut
Baltazard De Rochefouque
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2014
Messages: 245
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: seigneurie du Sud
Sexe: Masculin
Servant de qui :: La Reine
Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Jeu 16 Mar - 06:21 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

Le jugement allait bientôt être prononcé. Seulement, un élément perturbateur allait se faire connaître. Il n'était autre qu'Artémia de Sarmiento. Ivre, que dis-je, bourrée comme un trou, la jeune femme offrit à son ex époux et ses soldats un spectacle des plus pitoyable. Si elle n'avait pas été sa femme, Baltazard l'aurait envoyé, fer aux chevilles et poignées au fond d'une cellule pour dégriser. Gardant son sang froid, silencieux, calmant ses hommes d'armes d'un geste de la main pour qu'ils n'interviennent pas durant toute cette scène qui pourtant venait de révéler des éléments indiscutable quand à la culpabilité de l'homme et de la femme qui lui faisaient face, à genoux.

Il laissa donc la créature aux yeux émeraudes finir son intervention jusqu'à l'observer se réfugier sur les marches du château, les larmes aux yeux, Baltazard en resta insensible, son âme noircit par les long mois de souffrance qu'il avait vécu. Il fixa alors les deux accusés, son visage n'exprimant aucune compassion, il dégaina l'épée scintillante qu'il portait à son fourreau sur son flanc droit, la levant à la verticale dans un mouvement théatrale.

- Hérald, amène moi dame Artémia, qu'elle assiste de ses yeux à la sentence que je vais prononcer.

L'homme s'exécuta à renfort de deux autres sentinelles au cas où Artémia oppose une quelconque résistance, forçant alors la jeune femme à se tenir a coté du Seigneur de Rochefouque. c'est alors que Baltazard déclara de vive voix et de manière froide et solennel.

- Par les Pouvoirs qui me sont conférés devant Dieu! Je vous juge, séance tenante... COUPABLE!!! La peine infligée sera la décapitation! Justice sera rendue derechef. Affichez vos nuques!

Qu'ils se soumettent ou non, des gardes étaient là pour les maintenir par le cuir chevelu. La lame du Seigneur mordit alors la chair à deux reprises, les têtes roulants au sol. Rengainant sa lame, il s'accroupi pour récupérer les deux têtes et se tourna devant l'assemblée de soldats non sans ignorer Artémia.

- QUICONQUE TOUCHERA A UN CHEVEUX DE LA DAME DE SARMIENTO RECEVRA LE MEME SORT! IL EN SERA DE MEME POUR DAME AVELLANEDA!!!

L'annonce allait se répandre comme une traînée de poudre dans tout le domaine. Les bras levée, tenant les deux têtes morbide par les cheveux, il les fixa à deux piques avant d'ordonner qu'on fasse place nette.

- Herald, consignez dame de Sarmiento dans sa suite! Qu'elle décuve avant que j'ai à m'entretenir avec elle!


***********************
Revenir en haut
Artemia de Sarmiento
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2014
Messages: 227
Statut hiérachique: Seigneur
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Mar - 09:29 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

Artémia fut bien vite arrachée à sa somnolence sur ses escaliers salutaires pour être emmener...Enfin trainer aux côtés de Baltazard. La jeune femme ne leva pas les yeux pour regarder les deux voleurs, elle préféra observer ses pieds nus sur le pavé glacé de cette cours où, malgré son état d'ébriété, elle savait que le sang allait couler.

Elle frissonna doucement en entendant la voix de Baltazard s'élever tel un grondement dans la nuit puis ouvrit de grands yeux étonnés en entendant le nom de la femme qui avait essayé de l'assassiné...

Cela lui fit l'effet d'une douche glacée et bien plus d'effet que n'importe qu'elle potion de déssoulage. Était ce l'alcool ou avait elle bien entendu qu'il la protégeait ? Ainsi donc Huguette avait raison. Peut être qu'après tout la gueuse était une véritable diseuse de bonne aventure.

C'est à ce moment précis qu'elle releva la tête pour sourire à la femme et c'est à ce même moment que Baltazard abattit sa lame. Artémia en fut estomaquée et se mit à hurler.

"NONNNNNNN !!!!!!!!!!!!!!!!" Elle hurla et se débattit comme une lionne, retenue par la garde sous les ordres de son ex époux. Une femme ! Il venait de tuer de sang froid une femme ! Artémia en était estomaquée et c'est à genoux qu'elle finit par tomber, perdue dans cette tête remplie d'horreur et d'alcool.

De nouveau elle fut trainée alors qu'elle pleurait à chaudes larmes, tendant les bras vers les corps sans tête jonchant le sol du château. Son destin, elle en était certaine, ne serait dés lors pas bien plus enviable que celui de ces deux bougres.

Jetée dans ses appartements, elle entendit la clée tourner douloureusement dans la serrure, mais resta là, prostrée, complétement hébété et en pleures, agitée par de lourds sanglots.

Combien de temps passa ? Certainement une poignée d'heures avant qu'elle décide enfin de bouger. Faisant rapidement du regard le tour de la chambre qu'elle connaissait déjà par cœur, prise par un alcool devenu très mauvais confident, elle décida...De mettre le feu à sa chambre.
Prenant une buche incandescente dans les flammes de la cheminées, elle enflamma le tapis, les tapisseries de chasse (qu'elle avait toujours détesté) ainsi que le lit (où ils s'étaient tant aimé) et les rideaux.

Le temps que les gardes commencent à percevoir la fumée sortant par dessus la porte, il serait trop tard. Bien trop tard...Attendant que le feu ait bien prit, elle ouvrit la fenêtre dans une embrasement de flammes dignes des enfer dû à l'appel d'air.

Ejectée par la fenêtre qui se brisa sous la chaleur, elle se retrouva sur le petit balcon, prise au piège. Le vide ou les flammes...Elle se mit alors à rire telle une possédée et grimpa sur la murette tout en jouant dangereusement les équilibristes.

"Huguette avait raison, Huguette avait raison..." Ne cessait elle de répéter prise de folie. La lueur des flammes jouait dans ses grands yeux verts alors qu'elle trouvait le spectacle magnifique sans pour autant penser à s'échapper, observant le feu démoniaque dévorer sa chambre.

C'est alors qu'un bras s'enroula violemment sur sa taille pour l'entrainer dans le vide dans un rire de la dame de Sarmiento.
Revenir en haut
Baltazard De Rochefouque
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2014
Messages: 245
Statut hiérachique: Seigneur
Localisation: seigneurie du Sud
Sexe: Masculin
Servant de qui :: La Reine
Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Mar 28 Mar - 07:26 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas Répondre en citant

Baltazard venait d'assouvir ses sombres pulsions, mettre fin à la vie de ses deux bandits qui lui avaient arraché son ex épouse lui avait fait le plus grand bien. Ils n'avaient eut aucune forme de procès, le Seigneur de Rochefouque était dans un tel état de colère et de haine qu'il n'avait que faire de leur explication, qu'ils soient coupable ou non, cela l'importait peu et le cri d'Artémia qui déchira le ciel ne faisait que renforcer un peu plus l'acte ignoble qu'il venait de commettre. L'exécution venait de prendre fin et Baltazard ne prêta nullement attention à la dame redevenue Sarmiento, que la garde s'empressa de mettre en quarantaine avant que le Seigneur des lieu ne daigne la revoir pour quelques explications.


L'homme s'était reclu le restant de la journée dans l'une de ses offices, broyant du noir, réfléchissant à la manière à adopter pour faire face à l'élue qui avait tant de fois déchiré son coeur au point que celui-ci c'était noircit ces dernières semaines. Soudain, une sentinelle déboula dans la pièce sans son consentement, avertissant son maître qu'un incendie venait de se déclarer dans l'aile où avait été confiné la dame. Baltazard se redressa, emboîtant le pas de l'homme. Tout le château semblait en état d'alerte, une fumée épaisse envahissant les couloirs. Le lieu de départ de l'incendie ne faisait aucun doute à mesure que les informations parvenait au noble. Artémia avait elle eut l'intension de mettre fin à sa vie et brûler vive?!


La garde réussit finalement à enfoncé la porte, le premier individu eut le malheur de ce retrouver face à un souffle de flamme qui le brûla vif. On apporta des baquet d'eau pour maîtriser les flammes et lorsque toute menace fut écarté, le constat de Baltazard fut des plus édifiant. La chambre était carbonisé par endroit, mais nul trace d'Artémia! La fenêtre semblait ouverte et instinctivement il se porta à son rebord pour se pencher et balayer du regard la face du chateau avant que son point ne frappe l'assise en pierre.


- Tu ne cessera donc jamais de me fuire, Artémia!!!!!


Grondant de fureur, il inclina la tête, semblant subitement lasse, très lasse, épuisée alors qu'il n'avait réalisé aucun effort. Que faire? Lancer un avis de recherche, biensure! Mais à quel prix? Reprenant un peu de courage, il fut conduit dans ses appartements avant qu'on l'allongea dans sa couche. Baltazard réclamant la présence de son Conseil restreint et de son fidèle espion, Hans. Après une petite heure d'échange, la décision avait été prise de mettre la tête d'Artémia à prix. 1.000 écus à celui qui la retrouvera vivante. Lorsque ses conseillers quittèrent les lieux, il demanda à Hans de rester quelques instant de plus.

- Hans... mon ami... retrouve là... je te charge de mener l'enquête...

Allongé, il peina à lever sa main, faible. Hans se fit alors apaisant avant de prendre congé. Dans le meme temps, le perfide Igor se réjouissait à nouveau de la situation désastreuse, préférant voir Baltazard dans les griffes de la vipère d'Umbrosia que dans celle de la blanche colombe d'Artémia. Pour sure que s'il mettait la main sur elle avant Hans, il aura tot fait de lui nuire. C'est ainsi que deux groupes partait à la recherche de la femme au regard émeraude, d'un coté les soldats loyaliste, mené par Hans et de l'autre la milice véreuse d'Igor.



***********************
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:37 (2017)    Sujet du message: In sarmiento Veritas

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Royaumes des Supplices Index du Forum -> Seigneurie -> Seigneurie du Sud -> Baltazard De Rochefouque Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com